Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie de Virginie Grimaldi

Publié le par Malénia

Le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie de Virginie Grimaldi

Genre Contemporain

Résumé

Pauline, quittée par son mari Ben, se retrouve obligée de vivre chez ses parents avec son fils de quatre ans. D'abord abattue, elle décide de ranimer ce qui avait fait tenir sa relation avec Ben jusque là. En lui envoyant, chaque jour, le souvenir d'une histoire liée à leur rencontre, elle tente de rappeler à Ben, qui l'a peut-être oublié, qu'ils se sont aimés.

Mon avis

Personne n'était passé au travers du phénomène Virginie Grimaldi. Toutes mes copines l'avaient lue, m'en parlaient, me la conseillaient. Et moi, comme d'habitude, je ronchonnais. Ben oui quand tout le monde aime, je suis en général la rabat-joie de service qui dit " Ah, bon, tout ça pour ça?" Pour essayer de redorer mon image, je n'avais pas lu un seul de ces livres (du coup je ne disais pas de mal, du coup, etc.) et puis j'ai craqué. La plage, le soleil, la couverture rafraîchissante, tout ça. Bref, j'ai commencé ma lecture.

L'histoire est celle d 'un couple qui se sépare. Le ton est drôle, la plume agréable à lire. L'héroïne est une "girl next door" qui nous ressemble étrangement. On ne met que quelques pages à l'aimer. Et seulement quelques autres à ne plus pouvoir décoller du bouquin. J'ai tout aimé dans ce livre : les personnages, les relations humaines, la vie qui s'en dégage. Même quand l'histoire nous met une grande gifle dans la figure quelques pages plus tard, c'est beau, brillamment écrit, émouvant sans tomber dans le pathos.L'histoire est un concentré d'émotions. Tout est décrit avec justesse et intelligence.


Alors pour une fois tant pis. Je ne vais pas ronchonner, mais suivre la masse. Lorsque le livre s'est terminé, j'ai cherché les autres titres de cette auteure, parce que je voulais que cela ne s'arrête jamais. C'est de la vraie belle littérature, qui touche le lecteur avec les mots, mais aussi avec le coeur.

Un énorme coup de <3

Voir les commentaires

La plage de la mariée de Clarisse Sabard

Publié le par Malénia

La plage de la mariée de Clarisse Sabard

Genre Romance

Résumé

Zoé, 30 ans, est en pleine dispute avec sa conseillère Pôle Emploi lorsque sa vie bascule. L'hôpital l'appelle, ses parents viennent d'avoir un grave accident de moto. Son père est décédé sur le coup, sa mère est trop grièvement blessée pour espérer survivre, mais encore assez lucide pour parler. Celle-ci va révéler à Zoé qu'elle lui a menti depuis toujours : l'homme qui l'a élevée n'est pas son véritable père. Elle donne un seul indice à sa fille pour retrouver son père biologique : "La Plage de la mariée". Zoé va rester quatre mois dans le déni, puis finit par craquer et se décide à partir à la recherche de la vérité. Elle atterrit en Bretagne et se fait embaucher dans une "cupcakerie" tenue par une ancienne psychologue franco-américaine, Alice. Dans ce salon de thé à l'américaine, plusieurs personnages se croisent et voient leurs destins se mêler, tandis que Zoé part à la recherche de son père et tente de comprendre pourquoi sa mère lui a menti durant toutes ces années. L'arrivée d'un beau touriste pas comme les autres, Nicolas, va la perturber au plus haut point.

Mon avis

J’ai choisi ce titre un peu par hasard, parce que je n’avais jamais lu de roman Charleston et que je souhaitais découvrir ce que fait cette célèbre maison d’éditions. Le titre, un peu mièvre à mon goût, me laissait penser que j’aller tomber sur une romance classique, facile à lire sur la plage, et à laquelle on peut sauter quelques pages sans jamais perdre de vue la mince intrigue. Un choix de feignasse, donc.
Je me trompais complétement.

L’histoire est celle de Zoé, une jeune trentenaire qui vient de perdre ses parents dans un redoutable accident. Avant de mourir, sa mère lui a révélé que son père n’était pas son père biologique, et l’intrigue se centre alors sur cette quête du père, dans un voyage initiatique du sud de la France vers les embruns de la Bretagne.

J’ai adoré ma lecture, et j’ai dévoré ces pages en quelques jours à peine.

Les personnages sont attachants et réalistes, l’intrigue est addictive et bien ficelée. A chaque page, on a envie d’en savoir plus, mais on ne parvient pourtant à percer le mystère que dans les tous derniers chapitres. La plume de l’auteur est fluide et très agréable Ses descriptions de la lande m’ont même donnée envie de redécouvrir la Bretagne !

Bref, c’est un vrai roman Feel good où se mêlent suspens et romance autour d’une héroïne drôle et moderne.


Un vrai coup de cœur !

Voir les commentaires

Viser la lune de Anne-Fleur Multon

Publié le par Malénia

Viser la lune de Anne-Fleur Multon

Genre Jeunesse

Résumé

Le bon dosage pour une amitié réussie: une louche d'astronomie et un zeste de geekerie, beaucoup trop de selfies ridicules, une pincée de nanas entêtées, une chaîne Youtube à créer et une bonne tranche d'aventures bien salées!
Attention: la consommation de cette recette entraîne un risque élevé de fou rire incontrôlables et de suspense haletant!

 

Mon avis

L’histoire est celle de quatre adolescentes Itaî, Azza, Maria et Aliénor, des amis très connectées qui ne se sont jamais rencontrées que via les réseaux sociaux. Ensemble, elles vont créer une chaîne Youtube qui réunira de nombreux followers. Une compétition de jeux vidéos va alors leur permettre de se voir « en vrai »mais l’organisateur va leur mettre, dès le début, des bâtons dans les roues.

C’est un petit roman très court, raconté à la première personne par Aliénor. Cette jeune adolescente de treize ans est un personnage très attachant. Elle vit en Nouvelle Calédonie avec son père au foyer et sa maman, ingénieur aéronautique. Confrontée avec ses amies à des réactions sexistes et racistes, elle va contre attaquer et, bien évidemment, triompher.

Je dois avouer que, même si cette lecture est agréable, elle m’a laissée quelque peu circonspecte. En tant qu’adulte, on devine la volonté de l’auteure de dénoncer certains clichés et stéréotypes. Malheureusement, le fait qu’elle prenne systématiquement le cliché à l’envers finit par être un peu trop redondant. L’histoire est sympathique et agréable à lire. Mais la leçon de morale, trop explicite, m’a gâché mon plaisir.

Ainsi donc, on apprend qu’Aliénor déteste les princesses, adore les sciences, a une amie championne de jeux vidéos... Autant je n’aime pas les héroïnes toutes en rose qui boivent du thé en levant le petit doigt, autant cette jeune fille « moderne » qui doit rejeter systématiquement tout ce qui a trait, de près ou de loin, à un caractère féminin m’a un peu agacée. On pourrait pas JUSTE aimer ce qu'on veut, que l'on soit une fille ou un garçon?

Cela reste malgré tout une lecture entraînante et sympathique qui séduira, j'en suis sûre, beaucoup de nos jeunes lecteurs!

Voir les commentaires

La perle et la coquille de Nadia Hashimi

Publié le par Malénia

La perle et la coquille de Nadia Hashimi

Genre Contemporain

Résumé

Kaboul, 2007 : les Talibans font la loi dans les rues. Avec un père toxicomane et sans frère, Rahima et ses soeurs ne peuvent quitter la maison. Leur seul espoir réside dans la tradition des bacha posh, qui permettra à la jeune Rahima de se travestir jusqu'à ce qu'elle soit en âge de se marier. Elle jouit alors d'une liberté qui va la transformer à jamais, comme le fit, un siècle plus tôt, son ancêtre Shekiba. Les destinées de ces deux femmes se font écho, et permettent une exploration captivante de la condition féminine en Afghanistan.

Mon avis


Rahima est une pasha bosh. Cela signifie que sa mère n’a eu que des filles, et qu’elle la  travestie en garçon durant quelques années. Jusqu’à son mariage, à treize ans, avec un homme de l’âge de son père. Ses deux sœurs seront mariées en même temps, pour que son père puisse recevoir l’argent et l’opium qu’il leur préfère. Seule sa tante tente de les sauver. Elle leur raconte l’histoire de Shekiba, leur extraordinaire grand-mère.

Ce sont deux histoires qui s’ entrecroisent dans ce livre, celle de Shekiba et de Rahima. Deux histoires de femmes dans un Afghanistan ravagé par la guerre et les hommes. On plonge au cœur de cette société patriarcale avec horreur et désespoir. Dans son pays, Rahima n’est « qu’une fille ». Cela lui donne si peu de valeur, presque aucune. Comme ses sœurs ou sa mère, elle va vivre une vie de misère, ou seules les corvées et l’enfantement peuplent ses jours.
 

Shekiba, son arrière grand-mère, a vécu la même vie. Battue, vendue, rejetée. Elle a connu les mêmes douleurs et les mêmes mépris : celui des forts qui écrasent les faibles, celui des hommes qui détestent les femmes, au point de les élever en batterie dans un harem comme des animaux prêts à consommer.


J’ai été retournée par ce livre. Le destin des ces enfants, livrés aux mains de la barbarie des hommes m’a laissé sans voix. Pas seulement parce que ce roman est bien écrit, ou parce que ces personnages sont admirablement décrits, mais bien parce que Rahima existe. Elles sont des milliers, de par le monde, à exister, ces petites esclaves asservies dont le seul tort est d’être nées femmes.

A lire absolument

 

Voir les commentaires

Mon gamin de Pascal Voisine

Publié le par Malénia

Mon gamin de Pascal Voisine

Genre Contemporain

Résumé

Un presque enfant et un adulte pas comme les autres. Deux destins où dansent l'amitié et l'humanité. Cet été 1977, un été de vinyles, de chaleur et de baignades, Thierry a 14 ans et découvre la musique, les premiers émois, les montagnes russes de l'adolescence où tout est à la fois morne et intense. Il passe ses journées avec son meilleur ami, Francis, un handicapé mental qui vit à l'hôpital psychiatrique voisin depuis toujours. Le gentil Francis adorait la mère de Thierry, et va chaque semaine poser un petit caillou sur sa tombe. Il a vu naître Thierry, qu'il appelle « mon gamin », et lui voue une amitié joyeuse et entière. Mais le destin s'appuie souvent sur pas grand-chose.

Un infirmier tatoué fan d'Elvis, une belle-mère trop jeune et trop jolie, une guitare à deux manches, un chat bien curieux... Et tout bascule. Quarante ans après ce mois d'août 1977, Thierry, devenu un chanteur à succès sous le nom de Marc Alder, va enfin découvrir la vérité sur les quelques jours qui ont changé toute sa vie. Passionné de cinéma depuis l'enfance, réalisateur de films courts, c'est en tant qu'assistant réalisateur que Pascal Voisine découvre l'univers de la psychiatrie. Venu tourner quelques jours dans l'hôpital psychiatrique d'un village de Picardie, il est tellement fasciné par ce monde à part qu'il y reste huit ans ! C'est là que naîtra l'inspiration pour ce premier roman à la mélodie unique, avec ses personnages attachants dans leur étrangeté, et la certitude que la vie trouve son chemin partout. 
 

Mon avis

La couverture évoque le rock’n roll, et même si ce n’est pas du tout le thème du livre, voilà une histoire qui ne manque pas de rythme ! Cette histoire, c’est celle de Marc Adler, un ancien chanteur connu et admiré, qui revient dans son village d’origine.

Ce village est particulier, car il accueille en son sein un hôpital psychiatrique dont son père était le directeur. Aujourd’hui, à la mort de sa belle-mère, il revient dans ce bourg et se remémore Francis, son vieil ami, et les évènements qui l’ont poussé à quitter le village.

La narration oscille entre différents personnages : Marc et Francis, et deux temporalités : le  présent et des flash-back vers la fin des années 70. Très vite, on se prend d’affection pour le jeune Marc et son ami, qui entretiennent une relation saine et émouvante. On s’interroge aussi très vite sur ce qui unit réellement Marc à Èmelyne, sa jeune et jolie belle-mère.

Pourtant, on ne se doute pas du tout de ce qui va arriver. L’auteur nous emmène dans une aventure dont vraiment on ne se doutait pas. C’est un livre très bien décrit, qui captive très rapidement le lecteur, pour ne jamais l’abandonner.  Malgré sa faible pagination, l’histoire est bien menée, avec efficacité et suspens.

Un excellent roman !

Voir les commentaires

Leur séparation de Sophie Lemp

Publié le par Malénia

Leur séparation de Sophie Lemp

Genre

Résumé

Au début de l'année 1989, alors qu'elle va avoir dix ans, la narratrice voit sa vie bouleversée par le divorce de ses parents. Au récit d'un quotidien chamboulé se mêlent les souvenirs heureux d'une enfance à trois. Trente ans après, c'est le regard d'une petite fille devenue adulte qu'’elle pose sur cette séparation. Elle ne cherche pas à comprendre ni à expliquer mais simplement à dire le déchirement, cette impression de trahir l'un dès qu'elle est avec l'autre, cette douleur encore si vive par instants. Pourquoi cette blessure, commune à tant d'enfants, est-elle si difficile à cicatriser ?

Mon avis

L’histoire est celle d ‘un homme et d’une femme qui se séparent, vu par les yeux de leur fille.

Sophie a dix ans quand ses parents se séparent. Aujourd’hui adulte, elle relate comment cette brèche dans son existence a changé sa vie et celle de ses parents.

En relatant des souvenirs communs et des moments tronqués, elle raconte comment ses « parents » sont devenus « son père » et « sa mère ».

C’est un couple qui a brisé le lien sans autre forme de retour, incapable de se revoir de façon naturelle, ou d’échanger sans animosité. Malgré les années, la gêne de leur histoire passée, ou celle de leur échec, semble continuer à les habiter. L'auteure écrit l’impact que cette sensation a eu et a encore sur sa vie.

C’est un petit livre très court, mais admirablement bien écrit. On plonge dans l’impuissance de cette enfant comme dans un lac gelé, duquel on ne parvient pas à sortir. C’est à la fois triste et beau.

A découvrir.

 

 

Voir les commentaires

Mon père, ma mère et Sheila de Eric Romand

Publié le par Malénia

Mon père, ma mère et Sheila  de Eric Romand

Genre Biographie

Résumé

C'est l'album d'une famille, issue d’'un milieu populaire, avec ses codes, ses tabous, ses complexes, son ignorance, ses contentieux, dans les années 70 et 80. Le narrateur y raconte son enfance solitaire au milieu des turbulences. Pour son entourage, il a des goûts bizarres, des attitudes gênantes, des manières qui provoquent la colère de son père et la désolation de sa mère. Il dessine des robes et coiffe les poupées de sa sœur. Il fait son possible pour ne pas ajouter au malaise. Pour s'échapper, il colle son oreille à son mange-disque. Regarde les émissions de variétés scintillantes… Et admire une célèbre chanteuse dont il aime les robes à paillettes, les refrains joyeux. Il voudrait être elle. Il voudrait être ailleurs. Un premier roman tout en sensibilité sur fond de nostalgie douce amère et d'humour salutaire.
 

Mon avis

L’histoire est celle d’Eric, jeune garçon fan de Sheila, qui va grandir entre un père bourru et violent, une mère  au foyer effacée. L’enfant, face à l’ambiance familiale, va se réfugier dans l’adoration d’une chanteuse disco. Raconté à la première personne, le livre retrace l’enfance d’Eric jusqu’à l’âge adulte.

Très vite, l’enfant devine son orientation sexuelle : il aime les garçons. Ce sera une source de quolibets pour son père, un silence gêné pour sa mère. Après le divorce de ses parents, il tentera, tant bien que mal, de se forger une vie à lui, entre réussite et petites misères.
 

C’est un témoignage très émouvant que celui de cet enfant des années soixante face à son homosexualité. Dans sa famille aux relents populaires, c’est quelque chose dont au mieux on ne parle pas, au pire on s’en moque.

L’auteur évoque la difficile relation avec un père violent, et l’incompréhensible amour qui le lie à sa mère, un peu malgré lui. Il parle aussi de ses grands parents maternels, très proches de lui, et enfin du deuil, difficile et absolu, de certains êtres chers mais aussi de certaines illusions.

C’est très bien écrit, émouvant, étonnant.
45 pages d’émotion, à découvrir très vite.

 

Voir les commentaires

Tarzan : Poney méchant de Cécile Alix

Publié le par Malénia

Tarzan : Poney méchant de Cécile Alix

Genre Jeunesse

Résumé

Les pensées secrètes d'un poney grincheux enfin dévoilées !
" Je me suis fait avoir sur toute la ligne ! Mon ami Noé a déménagé et sa famille m'a collé en pension au club des Edelweiss, un endroit abominable ! Rempli de stars à crinières tressées et de ponettes à leurs mémères !
Tout ça me rend vraiment... méchant !
Et les choses ne s'arrangent pas quand on m'inflige Jeanne, la pire cavalière qui soit, et qu'on m'oblige à partir en randonnée avec cette maladroite hargneuse sur le dos... "
 

Mon avis

Tarzan est le meilleur ami de Noé. C’est un poney nature, qui se coiffe quand il en a envie (jamais) vit au grand air (ou dans le salon) et cohabite avec brio avec des humains, sans avoir à se soumettre. Hélas Noé doit un jour partir en Nouvelle Calédonie, et Tarzan est amené à la pension des Edelweiss. Ici, le poney va devoir vivre en communauté, une vie de règles et de devoirs, bien éloignée de sa précédente existence et qui le rend terriblement...méchant !

J’ai passé un très bon moment avec Tarzan et ses aventures ! Tarzan est ce que j’appellerai un méchant-bougon, qui aboie beaucoup (bizarre pour un poney) mais ne mord pas (ou pas souvent).

Avec lui, on découvre que les contraintes ne sont pas toujours horribles, que les autres ne sont pas tous là pour nous enquiquine, et que oui, parfois, ceux qu’on pensait à priori détester peuvent devenir nos amis.
 

Même si l’intrigue à proprement parler est assez limpide et qu’il y a peu de suspens quand au dénouement, on s’amuse vraiment à lire les pérégrinations de ce poney méchant (mais pas que)

Un petit livre que je conseille aux enfants qui aiment l’humour et les personnages attachants ! (mais pas forcément les poneys, les licornes, et tout le tsouin tsouin...)

Voir les commentaires

169 jours pour le faire de Lindsey Rosin

Publié le par Malénia

169 jours pour le faire de Lindsey Rosin

Genre Jeunesse

Résumé

Le faire ou ne pas le faire ? Telle est la question.

Alex l’a déjà fait. Du moins c’est ce qu’elle laisse croire.
Emma n’y a jamais vraiment pensé mais pourquoi pas ?
Zoë n’arrive même pas à y songer sans devenir rouge tomate.
Quant à Layla, elle a tout prévu : elle le fera avec son petit ami le jour de la Saint-Valentin.

Quatre filles. Un Pacte. Et 169 jours pour le faire.

Mon avis

Lorsque Layla réunit Alex, Emma et Zoé, ses trois meilleures amies, c’est pour leur annoncer une grande nouvelle. Après des mois de relation, elle a décidé de faire l’amour avec son petit ami, et elle se laisse 169 jours pour le faire. 169jours, c’est le temps qu’il leur reste à toutes pour entrer en fac et changer de vie. Au fil de la discussion, elles vont alors décider de faire un drôle de pacte : elles vont toutes le faire, avant ce fameux cent soixante neuvième jour...
 

A travers ces quatre filles, l’auteure nous amène alors vers différentes visions de la sexualité : les relations homosexuelles, la quête du plaisir, la peur, l’attente... Le projet est louable, mais je ne l’ai pas trouvé abouti. L’écriture est très simple, et les dialogues manquent un peu de réalisme. J’ai eu du mal à m’attacher à ces personnages stéréotypés, loin de ceux que je côtoie. On est ici dans un univers proche des « Beverly Hills » et autres « Melrose Place » (oui, je sais, mes références datent un peu, mais je suis vieille, c’est comme ça)

Tout y est lisse et rose, de la glace aux cookies au bal de fin d’année.

En résumé, je n’ai pas réussi à « entrer » dans cette histoire, où le dénouement tout aussi convenu, m’a laissé de marbre. Ce n’est pas un livre que je conseillerais. Dans la même thématique, je recommande plutôt l’excellent roman de Sophie Laroche «Six potes en seconde » qui me paraît bien plus proche des préoccupations de nos adolescents européens, et surtout bien plus réaliste quand à leurs attentes.

 

 

Voir les commentaires

Tout est sérieux mais rien n'est grave de Coco Brac de la Perrière

Publié le par Malénia

Tout est sérieux mais rien n'est grave de Coco Brac de la Perrière

Genre Guide

Résumé

Il serait bien temps de lâcher prise ! Le monde d’'aujourd’'hui nous ordonne d'’être performant en tout, tout le temps, et partout. L’'anxiété devient notre style de vie, la productivité LA valeur essentielle, et le perfectionnisme un idéal...
À la fois au four et au moulin, au bureau et à la maison (et... à la salle de sport, avec ses amis), nous finissons par perdre de vue l'’essentiel : nous-mêmes. Fort heureusement, être déconnecté de soi et des autres, cause d'’une grande partie de nos maux, n'’est pas incurable.
Grâce à une centaine de témoignages, Coco Brac de la Perrière a listé les 150 problèmes les plus fréquemment rencontrés – stress, pensées négatives, addictions, angoisses, difficultés relationnelles... – et expose au fil de ces pages toutes les solutions pour s’'en débarrasser : exercices de respiration, méditation, astuces personnelles, anecdotes ou encore adresses indispensables, elle livre à son lecteur les clés de la reconquête de la sérénité. Pour que, par de petits gestes, de minuscules révolutions, une nouvelle dynamique voie le jour.
Ce guide est une formidable boîte à outils pour s’'engager sur le chemin de la connaissance de soi, se débarrasser des problèmes qui plombent le quotidien, retrouver la sérénité et, enfin, ne plus se prendre la tête.

Mon avis

Le titre, qui m’a rappelé une phrase que mon frère me disait souvent quand j’étais enfant « Pleure pas, c’est pas grave » m’a immédiatement donné envie de lire ce live. Il se présente comme un manuel de bien être, nous incitant à arrêter de "nous prendre la tête".

En un peu plus de 300 pages, l’auteure nous propose de vivre différemment (et mieux) en nous plaçant (en gros) au cœur de notre vie. Pour cela, elle propose à chaque nouveau thème des phrases d’accroche comme « Je suis en mode déprime »  « Je me réfugie dans la nourriture »  « J’aime faire la concierge du 12 » ou encore « Je me la pète » Elle nous propose ensuite pour chacune d’elles, un rubrique  « En pratique »  avec des pistes d’amélioration, souvent accès sur la respiration ou des exercices comportementaux. Puis vient une adresse où acheter un livre, se payer des cours de yoga, ou encore une formation avec un cheval.

Ainsi donc pour le thème je me la pète, cela donne :  Essayer de ne pas vous surestimer, Organisez une soirée je me la pète, et Louez les services de domestiques.

J’avoue ne pas avoir été conquise par ce titre, qui m’a fait plus penser à un catalogue  qu’à autre chose. Ceci dit, je suis en général une très mauvaise cliente pour tout ce qui est manuel de développement personnel, je l'avoue. Je me suis d’ailleurs demandé qui étaient les lecteurs de ces guides, qui pouvaient espérer, à chaque problème, se payer des coach en ceci ou cela, sans se soucier de problèmes financiers. Des gens que je ne connais probablement pas, ceux dont le problème est donc de ne plus se la pèter, en engageant pour la dernière fois un majordome.

Faisant parte de cette frange de la population dont les problèmes existentiels sont légèrement différents, j’avoue ne pas avoir trouvé de solutions dans ce manuel.  Si j’ai demandé celui-ci en service de presse, c’est bien par erreur. J’ai cependant fait l’effort de le lire, malgré tout, mais comme je m’y attendais, il ne m’a rien apporté qu’un profond ennui, voire un certain agacement....

Pour quoi ne pas avoir traité des thèmes aussi sympathiques que « On est le 15 et il me reste trente-cinq euros sur mon compte » (En pratique : mangeons des pâtes !)à  ou encore «  On aimerait se faire un ciné en amoureux, mais on ne peut pas payer à la fois le cinéma et la baby-sitter » (En pratique : Allons voir Cars 3 tous ensemble !)

Ne me remerciez pas, j’envisage d’ailleurs d’écrire mon propre guide. Avec toutes mes bonnes adresses vers les Lidl du quartier et d’ailleurs bien entendu.

 

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>