Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le visage de satan de Florent Marotta

Publié le par Malénia

Le visage de satan de Florent Marotta

Genre Thriller

Résumé

Un hurlement. Là, quelque part, qui se répercutait sur les murs poisseux et humides de la pièce. L'endroit ressemblait davantage à une cave avec ses murs bruts et ses parois voûtées. Puis un râle d'agonie s'étouffa, comme si même la mort prenait plaisir à attendre. L'homme pendait comme une vulgaire carcasse de viande accrochée à une esse de boucher. Son visage n'était que souffrance, rictus d'agonie et d'abomination. « Faites que je meure », implora-t-il en silence.

Mon avis

Le résumé, intriguant, la couverture, ésotérique, et le titre inquiétant de ce roman m'ont tout naturellement portée vers lui, et c'est avec beaucoup d'attente que j'en ai lu les premiers pages. La scène d'introduction est violente, et même, disons le, franchement gore. On s'attend à de l'horreur, du crime, du sang... et on découvre Gino.
Gino est le personnage principal. C'est un ancien policier aux origines italiennes, devenu détective (original...) et c'est aussi un ancien alcoolique (ben tiens) au passé trouble semé de morts diverses (ses parents, sa sœur...). Là, déjà, vous l'aurez compris, on frise la caricature. C'est alors que l'on découvre la deuxième protagoniste de l'histoire, Sybille, la veuve noire, engoncée dans des robes moulantes, provocante et peu avare de sa personne. Ha, et elle est sataniste. Puis il y a Morgane, jeune femme rousse (!) aux yeux vairons (!) propriétaire d'une librairie ésotérique (re-!)
Bon, vous l'aurez compris, j'ai eu du mal avec ces poncifs. On dirait que l'auteur a voulu calquer ses personnages sur ceux des romans noir des années cinquante, tout en situant son intrigue dans les années 2000. C'était un copié-collé raté, à mon sens. Je n'ai pas réussi à rentrer dans ce livre. J'ai trouvé les descriptions très longues et les situations trop "amenées". Le style de l'auteur n'est pas désagréable, mais l'écriture est un peu désuète, et parfois même franchement ampoulée. Cela manque de naturel.
Cependant, je reconnais à Florent Marotta un vrai talent pour les descriptions de scènes d'épouvante, dont certaines m'ont presque soulevée le cœur...
Mais honnêtement, je n'ai pas été séduite et j'ai eu du mal à terminer ce roman pour pouvoir vous livrer cette chronique.

#12mois12livres1pomme

Le visage de satan de Florent Marotta

Commenter cet article