Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Petite Danseuse de quatorze ans de Camille Laurens

Publié le par Malénia

La Petite Danseuse de quatorze ans de Camille Laurens

Genre Historique


Résumé

« Elle est célèbre dans le monde entier mais combien connaissent son nom ? On peut admirer sa silhouette à Washington, Paris, Londres, New York, Dresde ou Copenhague, mais où est sa tombe ? On ne sait que son âge, quatorze ans, et le travail qu’elle faisait, car c’était déjà un travail, à cet âge où nos enfants vont à l’école. Dans les années 1880, elle dansait comme petit rat à l’Opéra de Paris, et ce qui fait souvent rêver nos petites filles n’était pas un rêve pour elle, pas l’âge heureux de notre jeunesse. Elle a été renvoyée après quelques années de labeur, le directeur en a eu assez de ses absences à répétition. C’est qu’elle avait un autre métier, et même deux, parce que les quelques sous gagnés à l’Opéra ne suffisaient pas à la nourrir, elle ni sa famille. Elle était modèle, elle posait pour des peintres ou des sculpteurs. Parmi eux il y avait Edgar Degas. » 
C. L.

Mon avis

La petite danseuse de Degas est une oeuvre classique. On la croise aux détours des reproductions (nombreuses) des galeries d'art. Elle est présente dans l'imaginaire collectif, c'est une oeuvre "classique". Pourtant, on se sait rien de son jeune modèle, celle qui a précédé l'existence de l'oeuvre, et qui lui a quelque sorte donné vie.

Dans cet essai, Camille Laurence va donc s'interroger sur le modèle, mais aussi sur ce que le peintre fait du modèle. En nous emmenant avec elle dans les coulisses sombres de l'Opéra de Paris, elle va disséquer chaque détail de l'oeuvre, en la confrontant à son créateur et à son époque.

J'ai beaucoup appris dans ce petit livre, sur la personnalité de Degas, que je connaissais mal, sur la vie sordide de ces petites danseuses, adolescentes graciles aux joues roses qui n'étaient en réalité que de la chair à ballets.
Camille Laurens, avec sa plume élégante, nous présente cette facette du dix-neuvième siècle que nous préférons bien souvent oublier : celle, sordide, de la pauvreté et de la misère, où les enfants bien avant de l'être n'en étaient déjà plus.

C'est un roman aussi court qu'instructif, qui nous laisse songeur sur l'évolution humaine... Une jolie découverte!

Commenter cet article