Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bridget Jones baby : Le journal, de Helen Fielding

Publié le par Malénia

 Bridget Jones baby : Le journal, de Helen Fielding

Genre Chick Lit

Résumé

On croyait tout connaître de Bridget Jones... Mais si la mythique héroïne ne nous avait pas tout dit ?
C’est le plus beau moment dans la vie d’une femme : être mère pour la première fois. Mais Bridget n’est pas une femme tout à fait comme les autres. Lorsqu’elle apprend qu’elle est enceinte, elle hésite entre euphorie est désespoir : qui est le père de l’enfant ? Telle est la question (entre autres) qui la taraude...
Dans son journal, la célibataire la plus désopilante de la littérature anglaise se livre… complètement ! Une comédie éblouissante, très différente du film Bridget Jones’ Baby.

Mon avis

Un petit plaisir, celui de retomber sur une héroïne de ma jeunesse et de voir son évolution. Dans ce nouvel opus, Bridget est enceinte, mais elle ne sait pas de qui. dans le style si particulier de cette auteure, nous la suivons dans sa grossesse, entre doutes, cours d'accouchement sans douleur, et bien sûr la naissance.

Je dois avouer que j'ai eu plaisir à retrouver Bridget, avec quelques années de plus, mais toujours les mêmes travers. Les premières pages sont une madeleine de Proust : on se souvient des personnages, de ses amours, de ses amis... Mais très rapidement le soufflé retombe. J'espérais être surprise par une Bridget nouvelle, de nouveaux personnages, une nouvelle intrigue...bref du NOUVEAU! Mais non rien. On se contente de se demander qui est le papa, Mark ou Daniel? Tout comme on se demandait dans les premiers tomes, qui doit-elle choisir, Mark ou Daniel?

L'auteure s'est contenté de reprendre le même trio et de lui coller une nouvelle histoire, assez peu vraisemblable en réalité, et qui finit en queue de poisson. Même si l'héroïne est toujours aussi attachante, et que quelques situations nous font sourire, on se sent bernés.

Bref, ce retour de Bridget Jones, pour moi, c'est un peu comme l'Arme Fatale Numéro 4563 : un coup de trop!
 

Commenter cet article