Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Seuls les enfants savent aimer de Cali

Publié le par Malénia

Seuls les enfants savent aimer de Cali

Genre Biographie

Résumé

Seuls les enfants savent aimer.
Seuls les enfants aperçoivent l'amour au loin, qui arrive de toute sa lenteur, de toute sa douceur, pour venir nous consumer.
Seuls les enfants embrassent le désespoir vertigineux de la solitude quand l'amour s'en va.
Seuls les enfants meurent d'amour.
Seuls les enfants jouent leur coeur à chaque instant, à chaque souffle.
À chaque seconde le coeur d'un enfant explose.
Tu me manques à crever, maman.
Jusqu'à quand vas-tu mourir ?

Mon avis

Je ne suis pas fan de Cali. Je n'aime pas le personnage médiatique, je n'apprécie pas particulièrement la voix du chanteur, et je connais peu les textes de ses chansons.

Par contre, j'ai vraiment adoré Cali, l'auteur.

Ce roman autobiographique  nous parle de Bruno, un petit garçon de six ans qui vient de perdre sa mère. Dans un style très simple, qui se veut proche de l'enfantin, le roman est écrit à la première personne et nous raconte les émotions qui traversent l'enfant, entre sa mise à l'écart lors de l'enterrement, la dérive de son père, et l'amour fusionnel qu'il porte à Alec, son meilleur ami.

Chacun des personnages de ce livre est attachant et nous prend aux tripes, par sa justesse, mais aussi par le choix des mots. C'est simple, sans fioritures, mais c'est aussi poétique et tendre, direct et authentique. C'est un texte très fort, qui appelle l'émotion pure, mais aucune pitié ou larmichette. Il résonne au fond de chacun de nous.

Un passage m'a particulièrement bouleversée : lorsque Bruno adopte un petit chat et se refuse à l'aimer. Toute la fêlure de cet enfant se trouve dans cette anecdote. Sa vision de la vie et de la mort, étroitement liée à l'amour et à la douleur.

Ce livre a été un véritable coup de cœur pour moi, j'en ai aimé chaque ligne, et je l'ai lu d'une seule traite, en quelques heures. 

Merci à Cali pour ce partage. Et Bravo.

Commenter cet article