Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rompre de Yann Moix

Publié le par Malénia

Rompre de Yann Moix

Genre Essai

Résumé

Avec ce roman, Yann Moix revient à son thème de prédilection : l’amour (et ses dépendances : la jalousie, la haine, la rivalité, la séduction, l’addiction, etc…)
Et son livre prend la forme d’un dialogue imaginaire (à la manière du Neveu de Rameau de Diderot, ou de L’idée fixe de Paul Valéry) où Yann Moix bavarde, à la terrasse d’un café, avec un ami qui tente de le consoler à la suite de sa dernière déconvenue amoureuse… Dans un roman précédent, l’auteur avait choisi, comme incipit : « Ce que les femmes préfèrent, chez moi, c’est me quitter »…
L’inverse eut été plus exact car, dans ce livre – précisément intitulé « Rompre » -, le narrateur confesse qu’il ne peut s’empêcher de mettre un terme très prématuré à chacune de ses aventures, de les « rompre » tant il craint d’aimer et d’être aimé…
Evidemment, cette disposition mentale vient de loin : de l’enfance, de douleurs enfouies, d’humiliations passées… Mais tout, ici, prend un aspect drolatique et fort peu psychanalytique.

Mon avis

Je ne vais pas vous mentir : je n'avais jamais lu Yann Moix. Ce qui m'a amené à ouvrir ce livre, c'est la polémique. Celle de cet homme mûr qui refuse les femmes de son âge, prétendant que seules les jouvencelles peuvent être dignes de ses faveurs. Auparavant, je ne connaissais de lui que le chroniqueur acerbe qui s'exprime sur les plateaux télé. Au point que j'en avais presque oublié que ce polémiste en HD avait été écrivain un jour.

Dans Rompre, l'auteur évoque ses histoires d'amour, et plus particulièrement la dernière, sous la forme d'un entretien. A travers le prisme de son enfance, il explique pourquoi il quitte les femmes de sa vie, ou s'emploie à ce qu'elles le fassent, de façon méthodique et surtout systématique.

Les mots sont beaux, la plume est déliée. Le vocabulaire, choisi avec soin, nous décrit les processus de la rencontre et de la rupture comme intimement liés. C'est une réflexion intéressante sur l'amour, le couple et le libre arbitre.

Mais dès le milieu de l'ouvrage, j'ai ressenti un certain ennui peser sur mes épaules. L'homme est vaniteux, il parle de son couple en ne parlant que de lui, la place de l'autre c'est seulement celle qu'il lui laisse.

On comprend vite qu'aucun changement n'interviendra dans ce processus, parce que le personnage s'y complaît, indéfiniment. Il tourne autour de lui dans une danse triste, qui ne parvient pas à trouver l'harmonie.

Une lecture qui ne m'a pas transportée  malgré, cependant, une très jolie manière d'écrire et de décrire...


 

Commenter cet article