Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cavale ça veut dire s'échapper de Cali

Publié le par Malénia

Cavale ça veut dire s'échapper de Cali

Genre Contemporain

Résumé

"On ne comprenait pas tout, mais à nos âges tout explosait autour et on ne demandait qu'une chose, exploser avec." Un instant, j'ai voulu vous suivre, vous voir, respirer ce que j'aurais dû respirer. Mais je suis resté sur la pente. Et j'ai pleuré, pas fort non, mais ruisselant à l'intérieur. J'entendais des gouttes tomber de très haut, une à une, au fond de mes entrailles déchiquetées. Mon ventre pleurait et mon cœur hurlait, comme quand un cœur hurle à la fin du tout. Est-ce qu'on meurt d'amour ?

Mon avis

L'histoire est celle d'un jeune garçon pris dans les filets de l'adolescence. Entre amour fou, démesure et émotions violentes, il tente de se frayer un passage vers l'âge adulte, sans grandir tout à fait, pour ne pas regretter l'enfance.

J'avais dévoré "Seuls les enfants savent aimer" et c'est avec le plus grand plaisir que j'ai attaqué cette lecture. Comme dans son premier roman, le style est décousu, familier et oral, mais toujours très poétique. On retrouve le jeune Bruno à quinze ans, obsédé par la musique, les filles et la vie. C'est une plongée agréable dans les années quatre-vingt, où le mot Punk avait encore un sens.

J'ai passé un joli moment de lecture avec ce roman. Cali y décrit avec justesse les affres de l'adolescence et ce jusqu'au-boutisme qui résume cette période charnière de la vie.

Néanmoins, je n'ai pas aimé ce roman comme j'ai aimé le premier. Je suis restée en surface de cette histoire. Alors que le ton choisi par l'auteur était idéal pour un enfant, je l'ai trouvé lassant pour un adolescent, j'aurais aimé que le jeune Bruno de quinze ans ait un peu plus d'envergure. Ses phrases hachées, parfois sans queue ni tête, ont finies par me lasser au bout de quelques pages et j'ai mis du temps à terminer ma lecture.

Au final, cela reste une lecture intéressante, mais si vous souhaitez découvrir cet auteur, je vous conseille plutôt de vous pencher sur son premier roman, que j'avais vraiment trouvé magistral. Celui-ci souffre hélas de la comparaison. Peut-être la barre avait-elle tout simplement été mise trop haute?

Commenter cet article