Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A jeter sans ouvrir de Viv Albertine

Publié le par Malénia

A jeter sans ouvrir de Viv Albertine

Genre Biographie

Résumé

Pour quoi est-ce que je me battais au juste ? Je n’en suis toujours pas certaine aujourd’hui. C’est si profond, si ancien, que ça n’a pas de mots, pas de forme, pas de logique. Nous sommes en 2012, Viv Albertine prépare le lancement de De fringues, de musique et de mecs. Assagie – les années punk sont loin derrière –, elle se consacre désormais à sa fille, à sa mère malade, à l’écriture et, presque à regret, à des mecs qui en valent rarement la peine. Pourtant elle n’a rien perdu de sa rage, ni de sa soif de vérité : Viv est une femme en colère, prête à en découdre, y compris avec elle-même. Lorsque de douloureuses circonstances la replongent dans les blessures de l’enfance et la complexe dynamique familiale, elle n’hésite pas : elle prend à bras-le-corps les chagrins et les secrets enfouis, les triture, les confronte. C’est cette plongée à vif et par à-coups dans la mémoire qui tisse la trame d’À jeter sans ouvrir. Un texte profond et terrible qui mêle une riche réflexion sur la place des femmes grandies dans les années soixante-dix à un récit passionnant, truffé d’anecdotes et d’une ironie mordante.

Mon avis

J'avais découvert la plume de Viv Albertine avec "De fringues, de musique et de mecs" son premier roman qui retraçait sa période punk avec les Slits. Séduite, c'est avec beaucoup de curiosité que je me suis lancée dans cette nouvelle lecture.

Ici, l'autrice nous parle de la mort de sa mère. A chaque début de chapitre, elle distille quelques lignes du jour où elle l'a perdue, puis elle digresse sur tout ce qui l'a conduit là. C'est un formidable exercice d'écriture : naviguer entre passé et présent, sur un fil tendu avec justesse et beaucoup d'émotion.

Viv Albertine réussit dans ce livre à créer une ambiance en demi-teinte, où elle nous parle d'elle, de ses parents, mais aussi de l'avenir, sa fille. On rit, on s'émeut, on s'interroge... 

Bref, une fois encore, j'ai passé un formidable moment de lecture avec cette autrice. Elle nous parle d'une femme de cinquante ans, avec son passé et son avenir, et de tous les petits deuils qui ont jalonné son existence jusqu'au plus révélateur : la perte de la mère.

Un bijou.

Commenter cet article