Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #historique tag

La Petite Danseuse de quatorze ans de Camille Laurens

Publié le par Malénia

La Petite Danseuse de quatorze ans de Camille Laurens

Genre Historique


Résumé

« Elle est célèbre dans le monde entier mais combien connaissent son nom ? On peut admirer sa silhouette à Washington, Paris, Londres, New York, Dresde ou Copenhague, mais où est sa tombe ? On ne sait que son âge, quatorze ans, et le travail qu’elle faisait, car c’était déjà un travail, à cet âge où nos enfants vont à l’école. Dans les années 1880, elle dansait comme petit rat à l’Opéra de Paris, et ce qui fait souvent rêver nos petites filles n’était pas un rêve pour elle, pas l’âge heureux de notre jeunesse. Elle a été renvoyée après quelques années de labeur, le directeur en a eu assez de ses absences à répétition. C’est qu’elle avait un autre métier, et même deux, parce que les quelques sous gagnés à l’Opéra ne suffisaient pas à la nourrir, elle ni sa famille. Elle était modèle, elle posait pour des peintres ou des sculpteurs. Parmi eux il y avait Edgar Degas. » 
C. L.

Mon avis

La petite danseuse de Degas est une oeuvre classique. On la croise aux détours des reproductions (nombreuses) des galeries d'art. Elle est présente dans l'imaginaire collectif, c'est une oeuvre "classique". Pourtant, on se sait rien de son jeune modèle, celle qui a précédé l'existence de l'oeuvre, et qui lui a quelque sorte donné vie.

Dans cet essai, Camille Laurence va donc s'interroger sur le modèle, mais aussi sur ce que le peintre fait du modèle. En nous emmenant avec elle dans les coulisses sombres de l'Opéra de Paris, elle va disséquer chaque détail de l'oeuvre, en la confrontant à son créateur et à son époque.

J'ai beaucoup appris dans ce petit livre, sur la personnalité de Degas, que je connaissais mal, sur la vie sordide de ces petites danseuses, adolescentes graciles aux joues roses qui n'étaient en réalité que de la chair à ballets.
Camille Laurens, avec sa plume élégante, nous présente cette facette du dix-neuvième siècle que nous préférons bien souvent oublier : celle, sordide, de la pauvreté et de la misère, où les enfants bien avant de l'être n'en étaient déjà plus.

C'est un roman aussi court qu'instructif, qui nous laisse songeur sur l'évolution humaine... Une jolie découverte!

Voir les commentaires

Les amants d'Henriette de Eva Giraud

Publié le par Malénia

Les amants d'Henriette de Eva Giraud

Genre Romance historique

Résumé

Lorsque l’on approche le crépuscule de sa vie, celle-ci peut parfois sembler longue et monotone, mais pas aux « Bleuets » : le Capitaine chapardeur de chocolat, Chantal fumeuse de mentholées au look extravagant, Léon l’amoureux des romans, Hortense la créative, sans oublier Armand le dévoué concierge toujours accompagné de sa fidèle Doliprane font de cet endroit une bulle à part.

Un coffret sculpté aux souvenirs. Une vie remplie de rencontres surprenantes. C’est ce que raconte Henriette à longueur de journée à ses colocataires de la maison de retraite cossue.

Mais les histoires d’Henriette sont-elles vraies ou sont-elles le fruit de son esprit délirant ?

 

Mon avis

J'avais eu le plaisir de découvrir Eva Giraud dans "Et si on se prostituait" et j'avais même eu la chance de pouvoir échanger avec elle autour d'une courte interview. Pourtant, ce n'est pas son nom qui m'a donné envie de lire ce roman, mais ce sont la couverture, agréablement désuette, et le titre énigmatique qui ont guidé mon choix. 

L'histoire est celle d'une maison de retraite "Les Bleuets" et de ses habitants. Entre amours impossibles et petite entorses au réglement, l'auteure nous dépeint avec tendresse et affection la vie des résidents, et revient fréquemment sur Henriette, une femme qui leur raconte en boucle ses aventures délirantes avec les stars des années passées.

Chacun de personnages, des plus fantasques au plus austères, nous est sympathique. C'est un véritable plaisir que de se promener avec l'auteure dans les allées de ce joli jardin, car c'est très bien écrit. Eva Giraud n'a aucun mal à nous emmener avec elle, et les personnages âgées prennent vie sous sa plume avec beaucoup d'élégance et de style. L'auteure nous rappelle que nos "vieux" sont le résultat d'une ou de plusieurs vies, et qu'ils restent des personnes avec des sentiments, des envies, ou des rancoeurs.

Une tranche de vie très agréable, sur un thème particulier, peu abordé en littérature, et sans doute difficile à traiter, Un pari réussi pour cette jeune auteure, qui met en plus fin à cette histoire de façon drôle et pleine d'espoir.

Je vous le recommande vivement!

Voir les commentaires

L'espionne de Paulo Coelho

Publié le par Malénia

L'espionne de Paulo Coelho

Genre Historique

Résumé

Histoire de la célèbre aventurière Mata Hari, fusillée à Vincennes en 1917 pour espionnage et trahison, par le biais d'une série de lettres écrites à son avocat depuis la prison de Saint-Lazare.
Arrivée à Paris sans un sou en poche, Mata Hari s’impose rapidement comme une danseuse vedette du début du XXe siècle. Insaisissable et indépendante, elle séduit le public, ensorcelle les hommes les plus riches et les plus puissants de l’époque. Mais son mode de vie flamboyant fait scandale et attire bientôt les soupçons tandis que la paranoïa s’empare du pays en guerre. Arrêtée en 1917 dans sa chambre d’hôtel sur les Champs-Élysées, elle est accusée d’espionnage.
En faisant entendre la voix de Mata Hari, Paulo Coelho nous conte l’histoire inoubliable d’une femme qui paya de sa vie son goût pour la liberté.

Mon avis

Le personnage de Mata Hari est fascinant : s'agit-il d'une femme libre, d'une espionne, d'une prostituée, d'une victime? Arrivée de Hollande, elle se prétend indienne. Née riche, elle deviendra pauvre, puis riche, puis pauvre... D'hommes en hommes, elle se forgera une identité et une carrière, mais cette ambivalence finira par la rattraper, puisqu'elle sera fusillée comme espionne... mais qui était-elle vraiment?

Dans ce court roman, Paulo Coelho choisit de faire parler une femme libre, en avance sur son temps, qui vit passions et folies jusqu'au bout, avec mépris pour leurs conséquences. Celui d'une femme flouée aussi, qui sera jugée par la France alors qu'elle se proposait de lui prêter allégeance.

Ce livre est un récit à la première personne, entrecoupée de photos d'époque. Une autobiographie romancée un peu trop courte pour pouvoir répondre aux questions qu'elle soulève, mais qui donne envie d'aller plus loin dans la connaissance de cette femme tour à tour  vénale et victime...
 

Très bien écrit, dans un style fluide et personnel, j'ai trouvé ce roman passionnant, bien que vraiment trop court!

Voir les commentaires

Les larmes de Satan de Gilles Milo-Vacéri

Publié le par Malénia

Les larmes de Satan  de Gilles Milo-Vacéri

Genre Historique

Résumé

Après l’orphelinat où il subit le pire et dont il s’évade à seize ans. Après avoir échoué dans sa tentative de vouloir vivre honnêtement, en travaillant dur, tout en mourant de faim et de froid. Après avoir compris qu’il ne lui restait plus qu’à voler les riches pour survivre. Après une condamnation au bagne et aux travaux forcés à perpétuité pour un crime qu’il n’a pas commis, Antoine Boulan a de quoi en vouloir à la terre entière et haïr son prochain.

Pourtant quand la guerre éclate et que la France a besoin de braves, il n’hésite pas une seconde et espère racheter son passé trouble avec son engagement dans l’armée. La haine, la colère, la rancune qu’il porte en lui, Antoine les met au service de la patrie. Malheureusement, de retour à Dunkerque en pleine débâcle, il est grièvement blessé et demeure en terre occupée par les Allemands victorieux. Ce sera le début d’une aventure pendant laquelle il multipliera les actions d’éclat, les actes de bravoure et Antoine s’endurcira devant les horreurs perpétrées par les nazis. Sans être vraiment soldat ou déjà résistant, il devient, presque par hasard, un combattant émérite.

Malgré son passé mal assumé, Antoine poursuit la lutte et finit par intégrer l’un des premiers réseaux de résistants à Paris, qui prendra plus tard le nom de Groupe Opéra. Il en deviendra le chef, faisant preuve d’ingéniosité, de courage et trop souvent d’inconscience. Il y rencontrera la femme de sa vie, Alice de Louvres, une courageuse résistante qu’il admire et dont il tombe follement amoureux. La jeune femme ne tarde pas à porter leur enfant et pour Antoine, c’est l’aboutissement de toute une vie et un véritable bonheur. Il a atteint son but le plus secret !

Quand Alice est abattue devant ses yeux, Antoine voit tous ses espoirs disparaître en une seconde. La famille qu’il rêvait de construire, le pardon qu’il pensait avoir mérité, tout ce qu’il y avait d’humain, de bon et de vrai en lui, il n’en reste plus qu’un vaste champ de ruines.

Pour ne pas devenir fou, Antoine se jette, corps et âme, dans sa quête ultime, une croisade où il sème la mort sans attendre d’absolution, une guerre solitaire dont il n’espère plus aucun pardon, un voyage au bout de l’enfer qui le mènera jusqu’à Auschwitz – Birkenau...

Antoine trouvera-t-il sa rédemption ou est-ce que les atrocités de la guerre auront raison de sa bravoure et de ses principes ? Que trouvera-t-il au bout de son chemin, en marge de la guerre ? Quel prix devra-t-il payer pour retrouver une...

Mon avis

Vous trouvez le résumé un peu long? Ne lisez pas le livre!
Les larmes de Satan est un remarquable pavé de 618 pages, qui nous raconte les aventures d'Antoine, jeune orphelin à qui la vie ne fait aucun cadeau. On le suit dans sa vie de jeune adulte envoyé au bagne, qui en sort pour devenir soldat, puis résistant...
Mon avis est mitigé. C'est un livre très bien écrit qui nous fait voyager à travers les horreurs de la seconde guerre mondiale, avec des scènes de guerre sans concession. C'est instructif, et souvent addictif : beaucoup de scènes d'action et de suspens.
Antoine est un personnage très attachant, et les malheurs qui ne manquent pas de s’abattre sur sa tête à chaque chapitre le rendent encore plus fascinant. Car dès qu'Antoine connaît un peu d'amour ou de bonheur (notamment auprès d'Alice, sa future femme) et bien : paf, une catastrophe le lui enlève!

C'est d'ailleurs ce qui m'a empêche d'apprécier pleinement ce livre. Antoine est de toutes les batailles : le bagne d'abord, mais aussi Dunkerque, la résistance, et même Auschwitz. C'est une sorte de super-héros qui se sort des situations les plus alambiquées, et qui, à lui seul, connaît tous les affres de la seconde guerre mondiale. J'ai trouvé que cela manquait de vraisemblance, et j'ai même parcouru les derniers chapitres avec une once de lassitude, je dois l'avouer.

Cela reste cependant un roman à découvrir. Pour ce qu'il peut nous apprendre sur cette période trouble de l'histoire de France, mais aussi pour la plume, plus qu'agréable, de son auteur.

Voir les commentaires