Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #horreur tag

L'âme au fond de Sébastien Prudhomme-Asnar

Publié le par Malénia

L'âme au fond de Sébastien Prudhomme-Asnar

Genre Horreur

Résumé

Une série de nouvelles fantastiques... diaboliquement efficaces, à ne pas conseiller si vous voulez vous endormir paisiblement ce soir. 
Bestioles terrifiantes, esprits maléfiques, âmes torturées et autres phénomènes mystérieux, rien ne vous sera épargné dans ce recueil des meilleures histoires du genre.
Les héritiers d'Edgar Alan Poe et de Stephen King n'ont qu'à bien se tenir !
Un véritable chef d'oeuvre du genre ! 
 

Mon avis

Ce livre est un recueil de nouvelles sombres et horrifiques. Je remercie son auteur, Sébastien Prudhomme-Asnar de me l'avoir fait découvrir. En premier lieu, je dois avouer que je n'ai pas trouvé la couverture très attirante, et la quatrième de couverture m'a laissé pantoise : un auteur qui se compare à Alan Poe et Stephen King et affirme avoir pondu un chef d'oeuvre, je trouvais ça assez osé!


Comme toujours lorsqu'il s'agit d'un recueil, je vais essayer, sans trop en dévoiler, de donner mon avis page après page....

Piquant pique-nique
Une première nouvelle qui ne m'a pas vraiment séduite. malgré une idée très intéressante et horrible à souhait (un enfant handicapé va être abandonné par ses camarades avec des insectes...surprenants ^^). J'ai trouvé le style de celle-ci très ampoulée, les phrases longues, alambiquées... pour tout dire, j'ai eu un peu peur pour la suite!

Grignotage nocturne
Cette nouvelle parle d'un homme agoraphobe qui va peu à peu disparaître... au sens figuré du terme! C'est une nouvelle à l'humour très noir, qui m'a par contre beaucoup plû!

Historique festin
Décidément, l'auteur est très porté sur la nourriture, n'est-ce pas? Une nouvelle intéressante, avec une fin bien pensée, très efficace.

Triste constat 
J'ai beaucoup aimé cette nouvelle et les tristes conclusions qu'elle impose.

Terminus
Celle-ci  mêle suspens et angoisse avec beaucoup d'adresse. Je l'ai trouvé très agréable à lire.


Le sot de l'ange

Une de celles qui m'a le plus marquée. Le destin de cette femme au service d'un mari haineux est terriblement bien écrit, et on se plonge avec dépit dans son triste quotidien.

Ne m'appelez pas Eléonore

Ma préférée. Une histoire d'esprits, de revenants... terriblement flippante. L'auteur a su jouer ici avec les codes de la nouvelle: cette montée en puissance jusqu'à la chute...parfaite!


La dernière pluie
Je n'ai pas vraiment apprécié celle-ci. A nouveau, j'ai trouvé des lourdeurs dans le style qui ont freinées ma lecture,  je ne me suis pas régalée.

Cousu main
Une histoire d'expérimentation et de savant-fou... je ne sais pas si c'est le thème qui ne m'a pas emballée, ou si c'est à cause du démarrage très long de l'action, mais là encore, pas de coup de coeur.

La curiosité est un bien vilain défaut
Cette nouvelle-là a retenue mon attention, elle avait un côté terriblement réel et contemporain qui met le lecteur en haleine. Hélas, j'ai trouvé la fin un petit peu trop prévisible...

Tolérance
Une seconde nouvelle sur le thème du handicap, où un enfant va tenter de changer le regard des autres sur lui. Intéressante.

Point de vue
Ici l'auteur évoque les animaux dans un zoo, et la place qu'ils occupent dans la société.

El matador
Une nouvelle rythmée mais assez téléphonée, là encore, sur la souffrance animale.

Une fin de rêve
Cette nouvelle-ci parle d'un homme qui fait mourir les autres dans son rêve...puis dans la vie. Une idée intéressante et bien  traitée.

L'âme au fond
Bien qu'elle soit agréable à lire, j'ai eu beaucoup de mal à relier cette nouvelle au reste du recueil. Le narrateur évoque la perte d'un être cher... mais après ces différentes histoires macabres, j'ai eu du mal à comprendre la cohérence de ce choix.

En conclusion, comme souvent avec les recueils de nouvelles, j'en ai aimé certaines, d'autres un peu, certaines pas du tout... Mais j'ai néanmoins beaucoup apprécié la plume de cet auteur, qui joue subtilement avec l'horreur et le suspens. Il faut cependant reconnaître que lorsque l'éditeur annonce King ou Poe, le lecteur mettra forcément la barre très haut.... (trop, peut-être?)

Voir les commentaires

Démences - Graham Masterton

Publié le par Malénia

Démences - Graham Masterton

Genre Horreur 

 

Résumé

Les 137 pensionnaires de l'asile, tous de dangereux criminels, avaient brusquement disparu sans laisser de trace. La police ne les avait jamais retrouvés. Comment aurait-on pu imaginer, ne serait-ce qu'une seconde, qu'ils s'étaient réfugiés dans les murs mêmes de l'asile, à l'intérieur des murs? Il n'y a que les fous pour croire sérieusement à l'efficacité de la magie noire. Et les fous furieux pour s'en servir.

Mon avis

Si vous êtes un ou une fidèle de mes chroniques, vous savez sans doute à quel point j'apprécie Stephen King et la littérature d'horreur/épouvante. Graham Masterton est, sans conteste, un des maîtres du genre. Lorsque j'ai eu la chance de l'interviewer pour Les Rebelles-Webzine, cela m'a donné l'occasion de me replonger dans son œuvre, et pour moi « Démences » est, de toute évidence, son meilleur livre.

L'histoire est celle de Jack, qui va se laisser entraîner dans un ancien asile par une étrange petite fille vêtue de gris. De cet hôpital psychiatrique à l'abandon, cent trente-sept personnes ont disparu sans laisser de traces… ou peut-être sont-elles toujours là... 
Le style de Graham Masterton est sans équivalent : par des descriptions détaillées et très imagées, il nous plonge dès les premières pages dans une atmosphère oppressante, puis fait monter l'angoisse crescendo, de page en page, pour nous amener à des scènes violentes, de plus en plus sombres et glauques, jusqu'à verser véritablement dans le gore et le sanglant.

C'est un véritable tour de maître que de pouvoir conserver chez le lecteur cette sensation d'inquiétude tout au long du récit, et Graham Masterton y parvient mieux que n'importe qui. À la fin de ce livre, on n'a pas "peur" au sens premier du terme, mais on redoute le moindre petit bruit dans sa maison...

À réserver, bien sûr, à un public adulte et averti !

Voir les commentaires

Tengu de Graham Masterton

Publié le par Malénia

Tengu de Graham Masterton

Genre Horreur

Résumé

C’est le plus redoutable des démons de la mythologie japonaise. Le pouvoir maléfique du Tengu ne connaît pas de limites. Ceux qu’il possède se transforment en de véritables machines à tuer, dotées dune force surhumaine, insensibles à la douleur, invincibles au combat.
Les guerriers masqués du Tengu se sont infiltrés à Los Angeles. A eux seuls ils pourraient plonger la ville dans un bain de sang, mais ils ne sont que l’un des éléments d’un plan diabolique qui vise à rayer les Etats-Unis de la carte, une bonne fois pour toutes.

Mon avis

J'aime beaucoup Graham Masterton et j'ai lu, dans ma jeunesse, une grande partie de sa bibliographie. Sa façon de lier le suspens à l'horreur, ses descriptions macabres et sanguinolentes, sa façon de distiller la peur... Pour moi c'est un maître du genre, au même titre que Stephen King. Aussi quand j'ai eu ce livre entre les mains, j'ai été pressée de le dévorer.

L'histoire est celle d'un groupe d'homme désireux de créer des Tengus ( démons de la mythologie japonaise) dans le but d'assouvir une vengeance qui couve depuis des dizaines d'années.

Les personnages sont nombreux, et un peu stéréotypés à mon goût. Ce livre a été écrit en 1983, et il a plutôt mal vieilli de ce côté là, il faut bien l'avouer. Cependant, il y a beaucoup d'action, et le suspens monte peu à peu, habilement, émaillé de quelques scènes de sexe assez sulfureuses. Mais ce qui retiendra surtout mon attention ce sont les passages purement sanglants. Masterton reste un des meilleur dans le genre gore, il n'y a rien à redire. Ses descriptions vont loin, bien plus loin que ce que l'on peut lire ailleurs, et on ressort souvent de sa lecture choqué et légèrement nauséeux... Malheureusement, la fin m'a terriblement déçue, je l'ai trouvé expéditive et sans grande imagination.

Je le conseille néanmoins aux amateurs car du Masterton, même un peu moins bon, ça reste toujours excellent!

Voir les commentaires

Le visage de satan de Florent Marotta

Publié le par Malénia

Le visage de satan de Florent Marotta

Genre Thriller

Résumé

Un hurlement. Là, quelque part, qui se répercutait sur les murs poisseux et humides de la pièce. L'endroit ressemblait davantage à une cave avec ses murs bruts et ses parois voûtées. Puis un râle d'agonie s'étouffa, comme si même la mort prenait plaisir à attendre. L'homme pendait comme une vulgaire carcasse de viande accrochée à une esse de boucher. Son visage n'était que souffrance, rictus d'agonie et d'abomination. « Faites que je meure », implora-t-il en silence.

Mon avis

Le résumé, intriguant, la couverture, ésotérique, et le titre inquiétant de ce roman m'ont tout naturellement portée vers lui, et c'est avec beaucoup d'attente que j'en ai lu les premiers pages. La scène d'introduction est violente, et même, disons le, franchement gore. On s'attend à de l'horreur, du crime, du sang... et on découvre Gino.
Gino est le personnage principal. C'est un ancien policier aux origines italiennes, devenu détective (original...) et c'est aussi un ancien alcoolique (ben tiens) au passé trouble semé de morts diverses (ses parents, sa sœur...). Là, déjà, vous l'aurez compris, on frise la caricature. C'est alors que l'on découvre la deuxième protagoniste de l'histoire, Sybille, la veuve noire, engoncée dans des robes moulantes, provocante et peu avare de sa personne. Ha, et elle est sataniste. Puis il y a Morgane, jeune femme rousse (!) aux yeux vairons (!) propriétaire d'une librairie ésotérique (re-!)
Bon, vous l'aurez compris, j'ai eu du mal avec ces poncifs. On dirait que l'auteur a voulu calquer ses personnages sur ceux des romans noir des années cinquante, tout en situant son intrigue dans les années 2000. C'était un copié-collé raté, à mon sens. Je n'ai pas réussi à rentrer dans ce livre. J'ai trouvé les descriptions très longues et les situations trop "amenées". Le style de l'auteur n'est pas désagréable, mais l'écriture est un peu désuète, et parfois même franchement ampoulée. Cela manque de naturel.
Cependant, je reconnais à Florent Marotta un vrai talent pour les descriptions de scènes d'épouvante, dont certaines m'ont presque soulevée le cœur...
Mais honnêtement, je n'ai pas été séduite et j'ai eu du mal à terminer ce roman pour pouvoir vous livrer cette chronique.

#12mois12livres1pomme

Le visage de satan de Florent Marotta

Voir les commentaires

Les âmes rouges de Alicia et Sarah Kroze

Publié le par Malénia

Les âmes rouges de Alicia et Sarah Kroze

Genre Horreur

Résumé

Ellie Bielsky est une adolescente sans histoire qui vit avec son petit frère et ses parents. Tout bascule quand elle se réveille sur la moquette d'une chambre d'hôtel, avec une affreuse morsure au bras et des traces de sang sur ses vêtements.

Mon avis

J'ai été immédiatement séduite par la couverture de ce livre, terrifiante et hypnotisante. L'histoire commence par une scène digne d'un épisode de The Walking Dead, Eliie et son frère se font mordre par d'étranges créatures qui semblent les avoir contaminés. La scène est remarquable : de la couleur du sang à la violence de la morsure, rien ne nous est épargné, et les amateurs du genre (tels que moi) se disent avec délice qu'ils vont plonger dans un grand bain d'horreur gore et frémissant ^^
Oui...mais pas seulement. L'histoire est extrêmement complexe : on a, en gros, deux familles rivales, qui appartiennent à des "races", et on se ballade entre différentes époques, aujourd'hui, les années soixante, et la seconde guerre mondiale. J'avoue m'y être souvent perdue, et j'ai du, à de nombreuses reprises, revenir en arrière pour savoir à qui/quelle époque j'avais affaire.

Ellie et son frère sont cependant des personnages très attachants, et on a plaisir à suivre leurs aventures. Le suspens est très présent et les scènes d'action et d'épouvante sont, à chaque fois, particulièrement réussies.

Mais j'avoue que la complexité de l'histoire m'a rebutée, tout comme les horribles fautes d'orthographe et de syntaxe qui polluent véritablement la lecture. C'est dommage, car le style est globalement fluide et plutôt agréable.

Mon avis est mitigé. En fait, j'ai eu la sensation d'avoir entre mes mains un très bon livre en devenir. Mais non abouti. La sensation d'être devant un premier jet génial, mais qui n'aurait pas été retravaillé, ni sur le fond, ni sur la forme. Et c'est vraiment dommage.....

Voir les commentaires

De ténèbres et de sang - Frédéric Livyns

Publié le par Malénia

De ténèbres et de sang - Frédéric Livyns

Genre Thriller
Résumé

(Réédition des deux romans de Frédéric Livyns, Danse de Sang et Le souffle des Ténèbres, en un seul volume. Versions retravaillées.)

Danse de sang.
Veuve depuis peu, Véronique a l’étrange sensation de toujours ressentir la présence de son époux. En cherchant des réponses à ses questions, elle va libérer un démon aussi ancien que le monde lui même: le Dévoreur. Elle seule peut mettre fin à cette vague de meurtres cruels qui s’abat sur la ville mais le temps lui est compté car, à chaque âme absorbée, le démon devient plus puissant.
Un terrifiant thriller fantastique qui nous plonge dans l’univers du vaudou.
FINALISTE DANS LA CATÉGORIE MEILLEUR ROMAN FRANCOPHONE DU PRIX MASTERTON 2014.

Le souffle des ténèbres.
Bryan et Suzy se rendent en Bretagne afin de se ressourcer. A proximité d’un étrange village que Bryan ne connait qu’à travers les récits de son grand-père, ils découvrent les ruines d’un vieux château qu’aucune carte ne mentionne mais que tous les villageois paraissent craindre. Ils décident d’ignorer les avertissements et, animés par la curiosité, entreprennent de s’y rendre. Ils vont bien malgré eux réveiller la force maléfique qui y sommeillait.
Un huis-clos surprenant oscillant entre légendes bretonnes et fantastique contemporain.
FINALISTE DANS LA CATÉGORIE MEILLEUR ROMAN FRANCOPHONE DU PRIX MASTERTON 2013.

Mon avis

Après avoir découvert "Sutures" il y a quelques mois, j'ai replongé avec délice dans les mondes ténébreux de Frédéric Livyns, puisque c'est le livre que j'ai tiré au sort pour le Challenge " Un an, un challenge et des livres" Si le recueil m'avait laissé quelque peu mitigée, c'est cette fois un vrai coup de cœur que j'ai eu avec ces deux romans.


Danse de sang nous transporte dans l'univers vaudou, entre fantastique et horreur, avec une grande habilité. On oscille entre suspens et terreur, mais aussi empathie pour les personnages. L'auteur va très loin dans la description des meurtres, et j'ai plus d'une fois eu du mal à fermer l'oeil en éteignant ma liseuse! Tout au long du livre, l'angoisse est palpable. J'ai surtout aimé le rythme de ce roman, soutenu, sans aucun temps mort. L'écriture est fluide et l'histoire brillamment documentée. L'auteur maîtrise son sujet, et cela se voit. Un régal!


Le souffle des ténèbres est encore meilleur que le précédent. Autour d'une légende celtique et de Marie de Rais, l'auteur échafaude une histoire incroyable par laquelle on se laisse porter sans résistance. Sur fond de croyances occultes, d'obscurantisme et de fantastique, on se prend d'affection pour chacun des protagonistes, et les pages se tournent avec impatience. Le dénouement, inattendu, et les descriptions très réalistes des personnages font de ce roman une véritable perle!

En résumé, "De ténèbres et de sang" est sans conteste mon gros coup de cœur du mois!

Mon seul bémol ( mais c'est bien pour chipoter ^^) ira encore une fois à la correction : beaucoup de coquilles. Même si elles ne gênent pas la lecture, le côté récurrent est quelque peu agaçant. Mais surtout ne vous arrêtez pas à cela : ces romans méritent vraiment la lecture!

Voir les commentaires

Sutures - Frédéric Livyns

Publié le par Malénia

Sutures - Frédéric Livyns

Genre Horreur

Résumé

Qu’est-ce qu’une vie?

Des fragments de temps que l’on essaie d’agencer à notre convenance ?

On a beau essayer d’agir au mieux, on ne dispose jamais de toutes les cartes.

Tout ce qu’on a créé peut être balayé d’un revers de main du Destin.

Quoi que l’on fasse, la souffrance et la mort ne sont jamais bien loin.

Elles guettent le moindre de nos faux-pas afin d’imprimer dans notre chair et notre esprit des cicatrice indélébiles.

Des sutures que nous nous efforçons de cacher…

Mon avis

J'avais envie depuis longtemps de découvrir Frédéric Livyns et son univers, qui m'avaient été conseillés par de nombreux blogueurs. C'est donc avec intérêt que je me suis lancée dans la lecture de ce recueil de nouvelles, d'autant que la mention "Lauréat du prix Masterton" en très grande taille sur la couverture a attiré toute mon attention. C'est toujours difficile de chroniquer un recueil, aussi je vais tenter de retranscrire mon sentiment nouvelles par nouvelles.

Dirty Henry

Un flic ripoux à qui il arrive une drôle d'aventure. L'auteur plante bien le décor, un peu à la manière cinématographique, et on imagine sans peine le personnage grâce à des descriptions soignées, mais un peu longues. On se laisse porter par l'histoire mais le final est un peu décevant.

Escaliers pour nulle part

On est dans la même atmosphère que pour la première nouvelle, à ceci près qu'il s'agit cette fois d'un privé et non d'un policier. Là encore, on se met rapidement dans l'ambiance, et on a encore une fin brutale qui ne me satisfait pas et que je trouve un peu facile.

Joyeux anniversaire

L'histoire est sympathique, mais c'est la troisième nouvelle et la surexploitation des "ténèbres" commence à me peser. En outre, il y a danss cette nouvelle un souci de concordance des temps qui a semble-t-il échappé aux correcteurs : on pense sans cesse de l'imparfait au présent, et ça perturbe considérablement la lecture.

La cave

C'est une de celle qui m'a le plus captivé. L'auteur fait parler un enfant dans une famille maltraitante. Le ton est juste et la nouvelle glauque et angoissante, j'ai beaucoup aimé.

La défaite

J'ai apprécié cette nouvelle, mais je l'ai trouvé vraiment très courte. Trop, peut-être.

La descente

Une de mes préférées. L'écriture y est soignée, et le suspens monte crescendo. Sans être terrifiante, l'auteur y laisse monter l'attente de façon intéressante jusqu'à une chute excellente.

La malédiction du surricate

Ici on nous parle d'un personnage désagréable et râleur, qui va vivre une drôle d'aventure. L'histoire est bien menée, et la description des personnages est soignée. Hélas, là encore, la fin arrive un peu vite, sans véritable explications.

La mare aux mots

Celle-ci est écrite à la première personne, et je trouve (c'est un avis très personnel) que cette énonciation sied mieux à ce type de nouvelles. L'histoire est prenante et surtout très bien écrite. J'ai beaucoup aimé, encore.

La nuit dévorante

C'est l'histoire d'un touriste perdu dans une ville fantôme. Mais pas vide. Cette nouvelle là est angoissante avec un suspens bien maîtrisé. Mais ici encore la fin ne m'a pas satisfaite. (les ténèbres, tout ça, tout ça...)

La voix

Cette histoire là est fascinante, et le ton et l'écriture, tout comme dans La descente d'ailleurs, n'est pas sans rappeler celui d'un des maîtres du genre. L'ambiance est glauque, et la fin très réussie. Une très bonne nouvelle.

Le bracelet

Malgré encore quelques soucis de corrections, cette nouvelle est particulièrement intéressante. L'auteur nous fait voyager entre deux mondes avec beaucoup de talent, et les personnages qu'il nous présente sont très réalistes. J'ai vraiment accroché avec cette histoire.

Le sourire

Cette nouvelle là n'est pas vraiment angoissante, et on se demande au départ ce qu'elle fait dans le recueil. Mais la fin, atroce, vaut le détour!

Les mange chair

Dans cette histoire, l'auteur nous fait vivre une légende japonaise. L'exercice semble a priori périlleux, puisqu'il est loin de ce qui est proposé auparavant, mais il s'avère réussi. L'histoire est glauque et la fin savoureuse. Encore un coup de cœur!

Mémoires d'outre temps

On flirte ici avec la science-fiction dans une nouvelle où on rencontre d'étranges androïdes. Changement de genre, donc, et une fois encore, l'essai est transformé. C'est très bien écrit et efficace.

Post Mortem

Celle-ci est assez longue, et c'est sans doute un format que j'apprécie plus. Il s'agit d'une sombre histoire d'héritage et de cimetière comme je les aime, inquiétante sans être gore, très bien écrite, et avec un dénouement inattendu. C'est simple, j'ai adoré!

Promesse tenue

Encore une excellente nouvelle, avec une angoisse qui prend place peu à peu, un final très réussi : parfaite!

Sutures

On nous parle d'un enlèvement, et l'auteur renoue avec un univers policier. J'ai trouvé la mise en place de cette histoire assez longue, et l'action et le dénouement plutôt rapides. Moins passionnante que les deux précédentes, elle ne m'a que peu convaincue.

Temps d'arrêt

J'ai aimé l'ambiance en huis clos de cette nouvelle, mais bien qu'elle soit assez bien écrite, la fin est restée assez obscure pour moi, je ne suis même pas sûre de l'avoir comprise...

Un bonbon ou un sort

C'est de saison, voici une nouvelle qui nous parle d'Halloween. Une histoire qui m'a glacée le sang, terrible, parfaite. MON gros coup de cœur.

Un jour ordinaire

Tout le long de l'histoire, on ne voit pas où l'auteur veut en venir. Le dénouement est très surprenant, et la fin très réussie.

En résumé, ce recueil m'a beaucoup plu, malgré quelques nouvelles de qualité moindre qui, je trouve, n'ont pas sa place dans le livre. Un petit moins pour la correction, un peu légère, mais un grand plus pour cet auteur à l'imagination débordante et à la plume maîtrisée que j'ai eu beaucoup de plaisir à découvrir, et que j'espère relire très bientôt.

.

Voir les commentaires

Les contes macabres - Poe - Lacombe

Publié le par Malénia

Les contes macabres - Poe - Lacombe

Genre Fantastique - Beaux livres

Résumé

Les célèbres nouvelles d’Edgar Allan Poe ont revêtu au fil des ans bien des noms et des aspects. En 2009, à l’occasion du bicentenaire de la naissance de l’écrivain, nous vous proposions une édition inédite, Les Contes Macabres, recueil de six histoires magnifiquement illustrées et mises en lumière par Benjamin Lacombe, une référence incontournable dans la « littérature Jeunesse ». Cette édition a depuis été enrichie d’une nouvelle, celle de Ligeia, et dessins couleurs inédits. Détails « luxe » : la tranche du papier sera noire, et le fer à chaud sur le dos toilé gris foncé, rouge.

Mon avis

J'ai lu Poe il y a longtemps, quand je n'étais encore qu'une adolescente aux cheveux noirs corbeaux et à l'âme torturée (ça va mieux, merci!) Je ne l'aurais probablement pas lu à nouveau si je n'étais tombé sur cette édition, illustrée par Benjamin Lacombe.

Avant de parler de l'auteur ou des illustrations, il me faut parler de l'objet livre. La couverture sombre, en relief, et le dos toilé donne la sensation au lecteur d'ouvrir un vieux grimoire. Si l'on rajoute à cela un papier épais, où la tranche des pages est noire, et un marque-page en tissu.... Le livre est absolument magnifique.

J'ai aimé retrouver le style ampoulé de cet auteur, ses longues descriptions, ce foisonnement de détails... Poe n'est pourtant pas facile à lire. Habituée à dévorer des romans contemporains, et bien moins de classiques qu'autrefois, j'ai mis du temps à apprécier chacune de ces nouvelles et à me les réapproprier, au delà du style sur-travaillé de leur auteur. Les illustrations qui les accompagnent sont très belles et possèdent des jeux de lumières étonnants. Certains visages, douloureux, semblent même vous dévorer de leurs yeux fous pendant votre lecture.

Voir les commentaires

Gargouille - Gudule

Publié le par Malénia

Gargouille - Gudule

Genre Horreur

Quatrième de couverture

Il y a plus de vingt ans que Gudule tue des petites filles, dans ses romans. « C’est de ma propre enfance que je me débarrasse », nous assure-t-elle ; nous lui laissons, ainsi qu’à Freud qu’elle bouscule quelque peu, l’entière responsabilité de ce propos.

Résumé

Une vieille photo de pensionnat où l'on découvre son propre visage vieilli comme celui que l'on croise le matin dans le miroir, c'est l'aventure étrange qui arrive à un groupe de quinquagénaires. Pour en avoir le cœur net, elles décident de retourner ensemble dans leur ancienne école, abandonnée.

Mon avis

Un pensionnat abandonné, des religieuses, une gargouille...J'avoue qu'au départ je me suis dit que Gudule y était allé un peu fort dans les clichés! Pourtant elle n'a mis que quelques minutes à m'entraîner dans cette histoire glauque, entre suspens et scène d'horreurs, où la cruauté enfantine se mêle aux veuleries de l'âge adulte. C'est une longue nouvelle qui se lit d'une seule traite et qui nous laisse étrangement tremblant...

Voir les commentaires

Roadmaster - Stephen King

Publié le par Malénia

Roadmaster - Stephen King

Genre Fantastique.

Quatrième de couverture

Des Buick, il y en a partout... Celle-ci sera votre pire cauchemar.

Résumé Une Buick 8 Roadmaster est découverte, abandonnée, par la police locale. Mise sous scellés, la voiture s'avère ne pas en être une. Mais dans le Hangar B, où elle est entreposée d'étranges phénomènes se produisent : baisses soudaines de température , éclairs lumineux, et même des êtres inconnus qui sortent du coffre. Un policier disparait, laissant supposer que la Buick serait en réalité une porte vers une autre dimension.

Mon avis

Déçue. Je n'ai pas réussie à "entrer" dans le livre. Malgré le talent de mise en scène de l'auteur, l'histoire reste plate, et traîne vraiment en longueur. Une vraie déception pour moi, qui suit une véritable fan du genre.

Voir les commentaires