Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #litterature contemporaine tag

Le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie de Virginie Grimaldi

Publié le par Malénia

Le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie de Virginie Grimaldi

Genre Contemporain

Résumé

Pauline, quittée par son mari Ben, se retrouve obligée de vivre chez ses parents avec son fils de quatre ans. D'abord abattue, elle décide de ranimer ce qui avait fait tenir sa relation avec Ben jusque là. En lui envoyant, chaque jour, le souvenir d'une histoire liée à leur rencontre, elle tente de rappeler à Ben, qui l'a peut-être oublié, qu'ils se sont aimés.

Mon avis

Personne n'était passé au travers du phénomène Virginie Grimaldi. Toutes mes copines l'avaient lue, m'en parlaient, me la conseillaient. Et moi, comme d'habitude, je ronchonnais. Ben oui quand tout le monde aime, je suis en général la rabat-joie de service qui dit " Ah, bon, tout ça pour ça?" Pour essayer de redorer mon image, je n'avais pas lu un seul de ces livres (du coup je ne disais pas de mal, du coup, etc.) et puis j'ai craqué. La plage, le soleil, la couverture rafraîchissante, tout ça. Bref, j'ai commencé ma lecture.

L'histoire est celle d 'un couple qui se sépare. Le ton est drôle, la plume agréable à lire. L'héroïne est une "girl next door" qui nous ressemble étrangement. On ne met que quelques pages à l'aimer. Et seulement quelques autres à ne plus pouvoir décoller du bouquin. J'ai tout aimé dans ce livre : les personnages, les relations humaines, la vie qui s'en dégage. Même quand l'histoire nous met une grande gifle dans la figure quelques pages plus tard, c'est beau, brillamment écrit, émouvant sans tomber dans le pathos.L'histoire est un concentré d'émotions. Tout est décrit avec justesse et intelligence.


Alors pour une fois tant pis. Je ne vais pas ronchonner, mais suivre la masse. Lorsque le livre s'est terminé, j'ai cherché les autres titres de cette auteure, parce que je voulais que cela ne s'arrête jamais. C'est de la vraie belle littérature, qui touche le lecteur avec les mots, mais aussi avec le coeur.

Un énorme coup de <3

Voir les commentaires

La perle et la coquille de Nadia Hashimi

Publié le par Malénia

La perle et la coquille de Nadia Hashimi

Genre Contemporain

Résumé

Kaboul, 2007 : les Talibans font la loi dans les rues. Avec un père toxicomane et sans frère, Rahima et ses soeurs ne peuvent quitter la maison. Leur seul espoir réside dans la tradition des bacha posh, qui permettra à la jeune Rahima de se travestir jusqu'à ce qu'elle soit en âge de se marier. Elle jouit alors d'une liberté qui va la transformer à jamais, comme le fit, un siècle plus tôt, son ancêtre Shekiba. Les destinées de ces deux femmes se font écho, et permettent une exploration captivante de la condition féminine en Afghanistan.

Mon avis


Rahima est une pasha bosh. Cela signifie que sa mère n’a eu que des filles, et qu’elle la  travestie en garçon durant quelques années. Jusqu’à son mariage, à treize ans, avec un homme de l’âge de son père. Ses deux sœurs seront mariées en même temps, pour que son père puisse recevoir l’argent et l’opium qu’il leur préfère. Seule sa tante tente de les sauver. Elle leur raconte l’histoire de Shekiba, leur extraordinaire grand-mère.

Ce sont deux histoires qui s’ entrecroisent dans ce livre, celle de Shekiba et de Rahima. Deux histoires de femmes dans un Afghanistan ravagé par la guerre et les hommes. On plonge au cœur de cette société patriarcale avec horreur et désespoir. Dans son pays, Rahima n’est « qu’une fille ». Cela lui donne si peu de valeur, presque aucune. Comme ses sœurs ou sa mère, elle va vivre une vie de misère, ou seules les corvées et l’enfantement peuplent ses jours.
 

Shekiba, son arrière grand-mère, a vécu la même vie. Battue, vendue, rejetée. Elle a connu les mêmes douleurs et les mêmes mépris : celui des forts qui écrasent les faibles, celui des hommes qui détestent les femmes, au point de les élever en batterie dans un harem comme des animaux prêts à consommer.


J’ai été retournée par ce livre. Le destin des ces enfants, livrés aux mains de la barbarie des hommes m’a laissé sans voix. Pas seulement parce que ce roman est bien écrit, ou parce que ces personnages sont admirablement décrits, mais bien parce que Rahima existe. Elles sont des milliers, de par le monde, à exister, ces petites esclaves asservies dont le seul tort est d’être nées femmes.

A lire absolument

 

Voir les commentaires

Absences de Lauren Oliver

Publié le par Malénia

Absences de Lauren Oliver

Genre Contemporain

Résumé

Nick et Dara sont deux sœurs aux caractères bien distincts. En quelques mois, leur vie bascule : leurs parents divorcent, un amour se brise et un accident de voiture a lieu. Nick était au volant mais a tout oublié. Dara a de nombreuses séquelles et se souvient, puis décide de disparaître en laissant un message énigmatique. Nick met tout en œuvre pour la retrouver.

Mon avis

L’histoire est celle de Dara et de Nick, deux sœurs que tout oppose. Dara est la rebelle, toujours prompte à découvrir de nouvelles drogues ou aventures, sans jamais penser aux conséquences. Nick est la jeune fille solide, sur laquelle elle peut s’appuyer. Le livre commence par leur accident de voiture, comme un préambule, et l’intrigue se déroule juste après celui-ci.

La narration oscille entre Dara et Nick. On visite les pensées de l’une et de l’autre, avant et après l’accident. On découvre leurs personnalités opposées, mais aussi leurs amours contrariées. Je dois admettre que c’est assez confus. J’ai du, à plusieurs reprises, revenir en arrière, sans comprendre qui parle à qui. Des choses me gênaient sans que je ne parvienne à les expliquer.

Puis le dénouement est arrivé. Et j me suis pris une gifle magistrale à laquelle je ne m’attendais pas du tout. Je ne veux pas spoiler ici, mais l’auteure réalise véritablement un coup de maitre dans les dernières pages.

Un bémol cependant, : l’intrigue passe alors en second plan, et je ne suis pas certaine d’en avoir saisi les tenants et les aboutissants. Certaines choses restent floues pour moi, notamment la façon dont Dara arrive à retrouver Madeline.
 

A découvrir cependant, au moins pour cette narration alambiquée et surprenante !

Voir les commentaires

Une fille comme ça de Sara Zarr

Publié le par Malénia

Une fille comme ça de Sara Zarr

Genre YA

Résumé

"C'est Deanna, tu sais la fille qui..." Cette phrase, Deanna a l'impression de l'entendre chuchotée sur son passage chaque jour, partout, au lycée, dans la rue, depuis quatre ans. Elle avait treize ans, elle en a dix-sept.
II est temps de tordre le cou aux rumeurs, de faire taire les mauvaises langues, de redresser la tête et de regarder le monde droit dans les yeux.

Mon avis

L’histoire est celle de Deanna. Quand elle avait 13 ans, son, père l’a surprise en train de faire l’amour avec son petit ami dans une voiture . L’histoire a fait l’objet de tous les ragots de la petite ville. Depuis, Deanna est cataloguée comme la garce du coin. Les garçons la houspillent, ses parents l’ignorent. Dans ce schéma improbable, elle essaie de survivre.

Deanna est un personnage très attachant. On éprouve immédiatement beaucoup d’empathie pour son histoire, si triste et malheureusement si commune. On ressent l’injustice de sa condition de femme, la maladresse de son adolescence, le manque affectif qui l’a menée là. Plusieurs passages nous mettent mal à l’aise, notamment dans sa relation avec Tommy, son pseudo petit ami. On y voit toute ambiguïté d’une relation précoce dans une société de tout-consommation. Ainsi quand Deanna reproche à Tommy de ne jamais l’avoir amené au cinéma ou au restaurant, mais seulement dans des parking vides,Tommysemble surpris, comme s’il n’y avait même pas pensé.
Je suis sortie de cette lecture un peu bousculée. J’ai trouvé l’histoire de cette jeunesse à la dérive terriblement triste, presque glauque. C’est un livre recommandé à partir de 13 ans, mais je pense qu’il mérite un accompagnement, et sans doute un véritable débat par la suite.
A lire et à méditer.

Voir les commentaires

Motel Lorraine par Brigitte Pilote

Publié le par Malénia

Motel Lorraine par Brigitte Pilote

Genre Contemporain

Résumé

Nous sommes en 1977. Sonia, diseuse de bonne aventure, fuit Montréal avec ses deux filles, Lou et Georgia, pour trouver refuge à Memphis, dans la chambre 306 du motel Lorraine, inoccupée depuis ce fameux 4 avril 1968 où Martin Luther King y a été assassiné. Elles partageront leur destin avec la sublime Alabama, Jacqueline Smith, femme de chambre au Lorraine, Grace DePriest, directrice de la chorale d’une petite église baptiste, ou encore Lonzie, le repris de justice devenu photographe pour son ami Aaron. Chacun à sa manière, ces personnages aux destins croisés incarnent le rêve d’égalité pour lequel le révérend King a donné sa vie.

Mais quel poids auront leurs ambitions et leurs gestes dans cette Memphis encore marquée par les divisions raciales ? Les secrets de chacun resteront-ils bien gardés ? Et enfin, pourquoi Sonia s’est-elle enfuie avec ses enfants ?

Mon avis

L’histoire se concentre autour de l’hôtel Lorraine, qui a vu la mort de M. Luther King, le 4 avril 1968 devant la chambre 360. De là vont s’enchevêtrer de nombreuses histoires avec les personnages qui y ont vécu, travaillé, ou tout simplement ont un rapport avec cet hôtel, même ténu. On va alors découvrir la vie d’une adolescente superficielle, celle d’une jeune fille de bonne famille revanche vivante de ses parents sur la vie misérable de ses ancêtres. Autour du carnaval, les histoires vont se croiser et s’emmêler, pour nourrir autant de drames et de jolies histoires.

Je dois avouer que j’ai été surprise par la forme de ce livre. La prolifération de personnages et de situation, m’a, au début tout du moins, légèrement perturbée. Mais très vite on s’attache aux différents destins qui nous sont présentés, et on saute de l’un à l’autre sans entrave. C’est admirablement bien écrit. La plume est fluide, les mots choisis avec soin ; on entre dans la psychologie des personnages avec douceur, presque sans s’en rendre compte.

Les intrigues sont bien menées, et l’auteur nous amène brillamment là où elle le souhaite, sans même que l’on sen rende compte. Elle évoque ainsi l’apartheid, l’esclavage et la ségrégation, sans pathos ni haine, avec une efficacité chirurgicale.

Un seul bémol, peut-être, la double happy end... je n’en dis pas plus, mais elle m’a semblé un peu...too much ! 

Cela n’enlève cependant rien à la qualité de ce livre, qui s’est révélé être une excellente lecture que je vous recommande vivement !

 

Voir les commentaires

Une robe couleur de vent de Sophie Nicholls

Publié le par Malénia

Une robe couleur de vent de Sophie Nicholls

Genre Contemporain

Résumé

Fabia Moreno vient de s’installer avec sa fille, Ella, dans la petite ville de York, où elle a ouvert un magasin de vêtements vintage. Une boutique de rêve, comme les femmes de York n’en ont encore jamais vu. Car Fabia possède un don pour dénicher la robe idéale et l’ajuster à chaque cliente. Autour de son commerce, bientôt, les destins se croisent, les identités se révèlent et les amours s’épanouissent… mais naissent aussi la méfi ance et la jalousie.
L’exubérance de Fabia dérange, et la jeune Ella, à la peau cuivrée, est une adolescente bien mystérieuse.
Parviendront-elles à s’intégrer dans la communauté ?
Quel sombre secret cache Fabia derrière ses tenues flamboyantes et son accent chantant ? Sa fille elle-même sait-elle tout de l’histoire familiale ?
 

Mon avis

C’est le titre, mystérieux, et cette couverture toute en douceur qui m’ont donné en vie de découvrir ce livre. La silhouette de cette femme, auréolée par une robe tourbillonnant dans le vent, m’a évoquée une douce liberté.
L’histoire est celle de Fabia et d’Ella, une mère et sa jeune fille adolescente qui viennent d’emménager dans une petite ville d’Angleterre. La mère se prétend italienne, mais cache en réalité des origines libanaises qu’elle tente désespérément de cacher. Ella est une jeune femme intelligente et effacée,  tiraillée entre différents mondes. Dans ce nouvel environnement, elles vont peu à peu faire leur place, non sans mal, au milieu des notables locaux.

C’est une jolie histoire, très bien écrite. L’auteure fait la part belle aux descriptions, longues et imagées, et revient très souvent sur des éléments du passé des deux femmes qui nous aident à comprendre leurs doutes et leurs comportements. Le personnage de Fabia est très dense : elle garde en elle une part de Liban, une part d’Italie, et surtout beaucoup de secrets.
J’ai beaucoup aimé la plume de l’auteure, poétique et gracile, qui fait résonner à l’oreille de belles phrases, et au cœur de beaux sentiments.


Hélas, j’ai trouvé que le roman comportait de nombreuses longueurs, et manquait de rythme. Je me suis demandé à plusieurs reprises quelle était le codeur de l’histoire, et où l’auteur voulait en venir avec des deux héroïnes, par ailleurs très attachantes. A contrario, j’ai trouvé la fin un peu abrupte, presque précipitée, et les révélations de Fabia sur la mort de son mari m’ont laissé circonspecte, je m’attendais à quelque chose de plus consistant, moins téléphoné. J’ai été déçue.
Malgré cela, c’est une lecture qui me laissera un agréable souvenir, car elle m’a plongé dans de jolies descriptions imagées.  Une auteure que j’espère découvrir dans une autre histoire !

 

Voir les commentaires

Et j'ai dansé pieds nus dans ma tête de Olivia ZEITLINE

Publié le par Malénia

Et j'ai dansé pieds nus dans ma tête de Olivia ZEITLINE

Genre Contemporain

Résumé

Un soir, une phrase étrange au ton mélodique, comme un air de musique, résonne dans la tête de Charlotte. Peur ou prémonition ?
Après un burn-out, Charlotte, une jeune trentenaire, quitte son job dans le marketing et tire un trait sur son ancienne vie. Elle retourne à ce qui la fait vibrer depuis toujours, la danse. Mais rien ne se passe comme elle le voudrait : les factures s’accumulent, sa relation amoureuse s’étiole, son rêve s’éloigne. Stella, une amie musicienne, lui conseille alors d’écouter sa voix intérieure et lui ouvre le chemin de l’intuition. De rencontre en rencontre, pas à pas, Charlotte apprendra à apprivoiser cette voix mystérieuse, à se fier aux signes du hasard et à suivre les mouvements de son corps.

Mon avis

C'est le titre (superbe!) et l'image de couverture qui m'ont donnés envie de lire ce livre. Un titre évocateur, qui me parlait de folie, de liberté, de bonheur...

L'histoire est celle de charlotte, qui après un burn out, va consacrer sa vie à la danse. Coincée dans un relation qui ne lui convient pas, elle va devoir faire face à différents ennuis  et pour cela, sa seule arme sera l'intuition.

C'est un livre court, avec une belle écriture fluide et poétique, qui se lit très vite. Le personnage de Charlotte est agréable à suivre, et 'histoire est intéressante, même si elle n'a pas véritablement d'intrigue ni de suspens. Pourtant, je n'ai pas réussi à "entrer" totalement dans cet ouvrage, ni à apprécier Charlotte. Son personnage m'a paru plat et sans relief, prompt à suivre n'importe quelle consigne ou personne. Je n'ai pas réussi à m'attacher à elle.

Mais ce qui m'a le plus gêné, c'est que, plus qu'un roman, j'avais la sensation d'être dans un livre de développement personnel. Ce genre de "livre-modèle" on vous dis: tu dois faire ceci comme ci ou comme ça, suis ton intuition, vas de l'avant, écoute-toi... Bref, absolument pas ce que je recherchais.

Sans doute cela conviendra-t-il à d'autres..mais pour moi c'est une petite déception.

 

 

Voir les commentaires

Café ! Un garçon s'il vous plait de Agnès Abécassis

Publié le par Malénia

Café ! Un garçon s'il vous plait de Agnès Abécassis
Genre Contemporain
 
Résumé
Tout commence par un bon café. Il suffit de demander.
Sauf quand on se goure dans la formule… vous avez commandé un garçon ?
En voici un sur un plateau, se dit Lutèce, en retrouvant la trace de son premier amour. Mais le temps aura-t-il su préserver la fraicheur de leurs souvenirs ?
Et puis arrive Tom, le flic tendre. Quand Régine le trompe et qu’il le découvre, par dépit, il la trompe aussi. Avant de réaliser qu’elle n’avait pas fauté…
Ava, c’est l’artiste qui aime trainer dans les cafés pour y chercher l’inspiration.
Un jour, on lui commande le portrait d’une actrice célèbre. L’occasion pour se carrière de décoller ! Mais rien ne se passe comme prévu, et elle qui pensait boire du petit lait risque de devoir attendre un peu avant de sabrer le champagne.
Une histoire pleine de rires, de larmes, de chocolat et d’un soupçon de crème.
Leur point commun à tous ? L’amour est réellement leur tasse de thé.
 
Mon avis
Difficile ici de résumer l'histoire, car il n'y a pas une mais des histoires. Des histoires de femmes qui s'entrecroisent, mais aussi (surtout?) des histoires d'amour qui se font et se défont.
Le livre est construit sur le mode "un chapitre = un personnage". C'est une narration que l'on croise de plus en plus en ce moment, et en général je trouve ça plutôt agréable, car cela amène du rythme au récit. Cependant, sur une telle somme de personnages, je dois avouer que j'ai eu, en début de lecture, un peu de mal à suivre le fil et à me souvenir de qui était qui entre les trois amies, Perla, Régine et Ava. Mais très rapidement on s'y retrouve une fois que l'on entre dans l'histoire et la psychologie des personnages.

Car les personnages de l'auteure sont extrêmement bien dépeints. Lorsque l'on ferme le livre, on a l'impression de les connaître, et on a presque envie de les appeler pour aller prendre un café ensemble. Agnès Abécassis les fait vivre avec  justesse et simplicité. Avec une plume simple et dynamique, elle nous entraîne dans des situations inattendues. C'est vivant, addictif, et surtout drôle, très drôle.
 
Grâce à Net Galley et aux éditions du Livre de Poche qui m'ont donnée l'opportunité de le découvrir en avant première, j'ai dévoré ce livre en quelques jours à peine, et j'étais vraiment triste de devoir le refermer. J'ai hâte désormais de découvrir la bibliographie de l'auteure!

En résumé, un avis plus que positif : ce sera sans aucun doute un de mes coups de coeur  2017!

Voir les commentaires

Là où tu iras j'irai de Marie Vareille

Publié le par Malénia

Là où tu iras j'irai de Marie Vareille

Genre Contemporain

Résumé

Isabelle a 32 ans, un chihuahua nain prénommé Woody-Allen et une carrière d’actrice comparable à celle du Titanic : prometteuse en théorie, catastrophique en pratique. 
Le jour où elle refuse la demande en mariage de l’homme qu’elle aime, sous prétexte qu’elle ne veut pas d’enfant, elle se retrouve à la rue, avec pour toute fortune vingt-quatre euros sur son compte en banque. Elle est alors forcée d’accepter le seul travail qu’on lui propose : utiliser ses talents de comédienne pour séduire Jan Kozlowski, un jeune veuf sur le point de se remarier. 
La voilà donc partie en Italie, dans la maison de vacances de la richissime et déjantée famille Kozlowski. Seule ombre aux deux semaines de dolce vita qui se profilent : pour exécuter en toute discrétion sa mission « séduction », Isabelle devra jouer le rôle de l’irréprochable nanny anglaise de Nicolas, 8 ans, qui n’a pas prononcé un seul mot depuis la mort de sa mère cinq ans plus tôt. Isabelle est bien loin d’imaginer à quel point cette rencontre improbable avec ce petit garçon blessé par la vie va bouleverser sa vision du monde. 
 
Mon avis
 
L'histoire est celle d'isabelle, une jeune femme qui vient de se séparer de son petit ami, qui va être embauchée par une adolescente pour jouer le rôle de la nouvelle petite amie de son père. Pour ce faire, elle va partir en Italie avec un enfant muet, et rencontrer la grand-mère de la jeune fille, Valentina, qui n'a rien d'une mamie confiture.

Marie Vareille est le phénomène de cette rentrée littéraire, et je souhaitais (pour une fois, hein) me mettre un peu à la page (non, il n'est jamais trop tard, c'est mesquin de dire ça!). Je dois avouer qu'au tout début, l'intrigue de ce livre m'a laissé circonspecte. Je trouvais les ficelles un peu grosses : une actrice ratée embauchée pour jouer un rôle dans la varie vie, il faut bien avouer que c'est un poncif couramment lu et relu. Pourtant, l'auteure a réussi à me happer dans cette histoire farfelue, et je me suis laissée prendre bien au delà de ce que j'avais imaginé.
 
Avec une écriture fraîche et rythmée, elle nous entraîne dans un tourbillon de situations toutes plus réjouissante que les autres, et on passe un excellent moment aux cotes d'Isabelle, cette héroïne intelligente et fière à laquelle on n'a aucun mal à s'identifier. Marie Vareille en profite pour survoler, de façon légère, des thématiques plus graves, comme le deuil, la place du père, la douleur des enfants. Elle réussit donc le triple exploit de marier humour, émotions, et suspens.
 
Un excellent roman, donc, qui me donne envie de découvrir d'autres titres de cette jeune auteure.
 

Voir les commentaires

Les Gentilles filles vont au paradis, les autres là où elles veulent de Elie Grimes

Publié le par Malénia

Les Gentilles filles vont au paradis, les autres là où elles veulent de Elie Grimes

Genre Contemporain

Résumé

Zoey est la sœur de Dalton et la meilleure amie d’Adrian, à qui sa tante Vic voudrait bien la voir mariée. À trente ans à peine, elle a monté sa propre entreprise de traiteur avec son assistante, devenue amie, Sally, qui aime bien Dalton.
Elle n’écoute jamais les conseils de Fran, sa mère, ou de Nana, sa grand-mère adorée, car elle préfère se confier le soir à son chat, Sushi. Sinon, la vie de Zoey
n’est pas compliquée. Encore moins quand elle rencontre Matthew Ziegler, le critique gastronomique le plus influent de New York, un type parfaitement imbuvable qui semble bien décidé à mettre sa cuisine à l’épreuve, jusque dans les moindres détails…
Voici une comédie cent pour cent new-yorkaise, sexy et efficace ! Ce chassé-croisé amoureux contemporain porté par des dialogues vifs et percutants, rythmé par mille et un rebondissements, révèle une héroïne au caractère volcanique.

Un roman d’amitié, une histoire familiale, une passion torride : et si Elizabeth Bennet s’était réincarnée au XXIe siècle dans une jeune cuisinière américaine ?

Mon avis

Le titre, accrocheur, et la couverture colorée de ce livre m'ont immédiatement tapée dans l'oeil. Je m'attendais à une histoire amusante, qui sortent un peu des sentiers battus, une héroïne un rien transgressive ou même totalement bad girl, des situations inédites, du rythme, de la folie... hum, pas vraiment.


L'histoire est celle de Zoey, une jeune traiteur new-yorkaise, qui va rencontrer lors de l'anniversaire de mariage de ses parents Matthew, un célèbre critique gastronomique. Matthew est pédant, orgueilleux, sexy. Zoey est gaffeuse, dynamique, sauvage. Ils ne se ressemblent pas et s'assemblent pourtant parfaitement bien, sur tous les plans. De là, un jeu du chat et de la souris va s'installer entre eux, pendant 448 pages. Jusqu'à une formidable happy end, dégoulinante de bonheur et de bons sentiments.


Vous l'aurez compris, c'est une romance qui obéit à tous les codes du genre. J'y ai trouvé beaucoup trop de longueurs et a contrario vraiment trop peu de suspens. Il n'y a pas d'intrigue à proprement parler : on devine dès les premières pages que l'histoire entre Zoey et Matthew sera le fil conducteur du livre. Bien que les protagonistes de l'histoire soient attachants (aussi bien Zoey et Matthew que les personnages secondaires) on s'ennuie beaucoup. On n'attend rien de la lecture, si ce n'est la fin, convenue, que l'on avait déjà deviné depuis longtemps. 

Une vraie déception, donc, pour moi, à qui le titre avait évoqué tout autre chose! Il s'agit néanmoins d'une romance classique, bien écrite, qui plaira j'en suis sûre aux amateurs du genre. Pour ma part, je préfère les héroïnes un peu moins  love, mais plus sex and rock'n roll! 
 

 

Voir les commentaires

1 2 > >>