Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #litteraturejeunesse tag

Viser la lune de Anne-Fleur Multon

Publié le par Malénia

Viser la lune de Anne-Fleur Multon

Genre Jeunesse

Résumé

Le bon dosage pour une amitié réussie: une louche d'astronomie et un zeste de geekerie, beaucoup trop de selfies ridicules, une pincée de nanas entêtées, une chaîne Youtube à créer et une bonne tranche d'aventures bien salées!
Attention: la consommation de cette recette entraîne un risque élevé de fou rire incontrôlables et de suspense haletant!

 

Mon avis

L’histoire est celle de quatre adolescentes Itaî, Azza, Maria et Aliénor, des amis très connectées qui ne se sont jamais rencontrées que via les réseaux sociaux. Ensemble, elles vont créer une chaîne Youtube qui réunira de nombreux followers. Une compétition de jeux vidéos va alors leur permettre de se voir « en vrai »mais l’organisateur va leur mettre, dès le début, des bâtons dans les roues.

C’est un petit roman très court, raconté à la première personne par Aliénor. Cette jeune adolescente de treize ans est un personnage très attachant. Elle vit en Nouvelle Calédonie avec son père au foyer et sa maman, ingénieur aéronautique. Confrontée avec ses amies à des réactions sexistes et racistes, elle va contre attaquer et, bien évidemment, triompher.

Je dois avouer que, même si cette lecture est agréable, elle m’a laissée quelque peu circonspecte. En tant qu’adulte, on devine la volonté de l’auteure de dénoncer certains clichés et stéréotypes. Malheureusement, le fait qu’elle prenne systématiquement le cliché à l’envers finit par être un peu trop redondant. L’histoire est sympathique et agréable à lire. Mais la leçon de morale, trop explicite, m’a gâché mon plaisir.

Ainsi donc, on apprend qu’Aliénor déteste les princesses, adore les sciences, a une amie championne de jeux vidéos... Autant je n’aime pas les héroïnes toutes en rose qui boivent du thé en levant le petit doigt, autant cette jeune fille « moderne » qui doit rejeter systématiquement tout ce qui a trait, de près ou de loin, à un caractère féminin m’a un peu agacée. On pourrait pas JUSTE aimer ce qu'on veut, que l'on soit une fille ou un garçon?

Cela reste malgré tout une lecture entraînante et sympathique qui séduira, j'en suis sûre, beaucoup de nos jeunes lecteurs!

Voir les commentaires

Tarzan : Poney méchant de Cécile Alix

Publié le par Malénia

Tarzan : Poney méchant de Cécile Alix

Genre Jeunesse

Résumé

Les pensées secrètes d'un poney grincheux enfin dévoilées !
" Je me suis fait avoir sur toute la ligne ! Mon ami Noé a déménagé et sa famille m'a collé en pension au club des Edelweiss, un endroit abominable ! Rempli de stars à crinières tressées et de ponettes à leurs mémères !
Tout ça me rend vraiment... méchant !
Et les choses ne s'arrangent pas quand on m'inflige Jeanne, la pire cavalière qui soit, et qu'on m'oblige à partir en randonnée avec cette maladroite hargneuse sur le dos... "
 

Mon avis

Tarzan est le meilleur ami de Noé. C’est un poney nature, qui se coiffe quand il en a envie (jamais) vit au grand air (ou dans le salon) et cohabite avec brio avec des humains, sans avoir à se soumettre. Hélas Noé doit un jour partir en Nouvelle Calédonie, et Tarzan est amené à la pension des Edelweiss. Ici, le poney va devoir vivre en communauté, une vie de règles et de devoirs, bien éloignée de sa précédente existence et qui le rend terriblement...méchant !

J’ai passé un très bon moment avec Tarzan et ses aventures ! Tarzan est ce que j’appellerai un méchant-bougon, qui aboie beaucoup (bizarre pour un poney) mais ne mord pas (ou pas souvent).

Avec lui, on découvre que les contraintes ne sont pas toujours horribles, que les autres ne sont pas tous là pour nous enquiquine, et que oui, parfois, ceux qu’on pensait à priori détester peuvent devenir nos amis.
 

Même si l’intrigue à proprement parler est assez limpide et qu’il y a peu de suspens quand au dénouement, on s’amuse vraiment à lire les pérégrinations de ce poney méchant (mais pas que)

Un petit livre que je conseille aux enfants qui aiment l’humour et les personnages attachants ! (mais pas forcément les poneys, les licornes, et tout le tsouin tsouin...)

Voir les commentaires

169 jours pour le faire de Lindsey Rosin

Publié le par Malénia

169 jours pour le faire de Lindsey Rosin

Genre Jeunesse

Résumé

Le faire ou ne pas le faire ? Telle est la question.

Alex l’a déjà fait. Du moins c’est ce qu’elle laisse croire.
Emma n’y a jamais vraiment pensé mais pourquoi pas ?
Zoë n’arrive même pas à y songer sans devenir rouge tomate.
Quant à Layla, elle a tout prévu : elle le fera avec son petit ami le jour de la Saint-Valentin.

Quatre filles. Un Pacte. Et 169 jours pour le faire.

Mon avis

Lorsque Layla réunit Alex, Emma et Zoé, ses trois meilleures amies, c’est pour leur annoncer une grande nouvelle. Après des mois de relation, elle a décidé de faire l’amour avec son petit ami, et elle se laisse 169 jours pour le faire. 169jours, c’est le temps qu’il leur reste à toutes pour entrer en fac et changer de vie. Au fil de la discussion, elles vont alors décider de faire un drôle de pacte : elles vont toutes le faire, avant ce fameux cent soixante neuvième jour...
 

A travers ces quatre filles, l’auteure nous amène alors vers différentes visions de la sexualité : les relations homosexuelles, la quête du plaisir, la peur, l’attente... Le projet est louable, mais je ne l’ai pas trouvé abouti. L’écriture est très simple, et les dialogues manquent un peu de réalisme. J’ai eu du mal à m’attacher à ces personnages stéréotypés, loin de ceux que je côtoie. On est ici dans un univers proche des « Beverly Hills » et autres « Melrose Place » (oui, je sais, mes références datent un peu, mais je suis vieille, c’est comme ça)

Tout y est lisse et rose, de la glace aux cookies au bal de fin d’année.

En résumé, je n’ai pas réussi à « entrer » dans cette histoire, où le dénouement tout aussi convenu, m’a laissé de marbre. Ce n’est pas un livre que je conseillerais. Dans la même thématique, je recommande plutôt l’excellent roman de Sophie Laroche «Six potes en seconde » qui me paraît bien plus proche des préoccupations de nos adolescents européens, et surtout bien plus réaliste quand à leurs attentes.

 

 

Voir les commentaires

Ma famille, le collège et autres cauchemars de Carol Midgley

Publié le par Malénia

Ma famille, le collège et autres cauchemars de Carol Midgley

Genre Jeunesse

Résumé

Des parents excentriques, un grand frère en pleine crise d'ado, une petite sœur envahissante et un chien amoureux d'une botte fourrée... Si seulement Dany, 13 ans, pouvait changer de famille...
Sans parler du collège, où Trésor, reine des pestes et star de la classe, ne cesse de lui gâcher l'existence. 
Heureusement, Dany a son journal auquel se confier. Et quelques vraies amies pour l'aider à sortir de cette passe difficile.
Le journal intime le plus drôle de l'année!

Mon avis

C'est le titre, évocateur, qui m'a donné envie de choisir cette lecture. Je me plonge en ce moment dans les histoires pour adolescents, qui sont parfois bien plus drôle et déjantée que ce qui se fait dans la littérature "adulte", trop codifiée, qui laisse peu de de place à la surprise.

Le sujet n'en ai pas vraiment original, puisqu'il s'agit d'un énième journal intime adolescent, traité sur le ton d'une douce impertinence, tout comme  Journal d'une ado déjantée, ou encore Récit intégral ou presque de mon premier baiser. Dany a treize ans et de graves problèmes existentiels, comme Trésor, la star de la classe, ses parents bizarres, ou encore le classement très précis de ses meilleures amies selon un ordre de préférence. 

C'est un livre qui se lit vite et facilement. Beaucoup de passages sont dans le style télégraphique, sans sujet. C'est amusant, et plutôt divertissant : Dany est véritablement très attachante avec ses petits problèmes. Malheureusement, cela s'essouffle vite, et après quelques pages, on tourne un peu en rond. J'ai trouvé que l'histoire manquait de suspense et d'originalité. Les personnages sont trop stéréotypés, et on devine aisément pourquoi les parents de Dany sont si bizarres. C'est un journal intime "lambda" qui n'a pas ce "petit plus" par rapport à ceux que j'ai déjà lu.

Une lecture amusante, donc, mais qui ne sort pas des sentiers battus. A recommander à ceux qui découvrent le genre.

Voir les commentaires

L'incroyable voyage de M. Fogg de Luc Blanvillain

Publié le par Malénia

L'incroyable voyage de M. Fogg de Luc Blanvillain

Genre Jeunesse

Résumé

Quand Nora, David et Simon montent dans la voiture de leur prof de français, ils comprennent vite que ce n’est pas la meilleure des idées. Partir en vacances avec M. Fogg, à la recherche du grand amour de David, c’est complètement dingue ! Encore plus si on sait que la fille n’existe pas. Qu’elle a été inventée de toute pièce pour emmener Fogg dans l’aventure et le distraire de sa propre vie. Et si ce road trip leur révélait à tous qu'il leur appartient d'apprécier chaque moment, maintenant. Quitte à avoir le cœur brisé,  ou la tête pleine de nouveaux rêves !


Mon avis

L'histoire est celle d'un professeur de français idéaliste. Grâce à lui, de belles histoires se nouent. Alors lorsque les adolescents de sa classe le voit triste, ils cherchent à lui remonter le moral, dans un road trip improbable!

J'ai passé un excellent moment en compagnie de cette lecture. Les adolescents décrits par l'auteur sont drôles, astucieux et plein de reconnaissance à l'égard de l'homme qui leur a tendu la main. De son côté, Monsieur Fogg est un homme "bon" au sens premier du terme, sans devenir le copain de ses élèves, il sait les guider avec beaucoup de justesse et de bienveillance, dans un voyage initiatique où se confondent entraide, amitié et amour.

Vous l'aurez deviné, on n'a aucun mal à s'identifier aux personnages et à s'attacher à eux. Admirablement bien décrits, les adolescents nous offrent le visage d'une jeunesse unie, combative et tendre, bien loin de l'image que l'on peut en avoir par ailleurs. La plume est fluide, efficace et rythmée. Le road trip se termine à peine, et l'on a envie de dire : encore!

Une vraie perle donc,  un livre que je recommande vivement!

 

 

Voir les commentaires

Edwin, roi d’Alanoix, contre l’infâme empereur Nurbison Par Andy Riley

Publié le par Malénia

Edwin, roi d’Alanoix, contre l’infâme empereur Nurbison Par Andy Riley

Genre Jeunesse

Résumé

Edwin n’est pas un garçon comme les autres.
C’EST LE ROI D’EDWINIE, avec son trône, son armure, du chocolat à gogo (ou presque) pour ses sujets, et un château bourré de passages super secrets.

Ah, et il y a aussi le grand méchant.
L’homme le plus MALÉFIQUE de tout l’UNIVERS.
Il est empereur, alors pour lui, Edwin n’est qu’un (tout petit) roi à la noix.
Et en plus… c’est son voisin !

Mon avis

Edwin est un roi gentil et aimé par ses sujets. il n'a que neuf ans, mais il règne déjà sur un petit pays à qui il offre, tous les vendredis, des chocolats achetés avec son argent de poche. Mais cette générosité a un coût. Et un beau jour, la tirelire est vide, Nurbison, le cruel empereur, en profite pour envahir son royaume, et le petit roi est chassé de son pays. Pour se venger, Edwin décide de devenir un soldat de Nurbison.

Edwin et le roi d'Alanoix est un roman destiné aux enfants à partir de sept ans. Illustré en noir et blanc par des planches proches de la BD, c'est un livre rythmé à l'humour incisif. Edwin est un personnage extrêmement attachant, et les péripéties rocambolesques qu'il va rencontrer sont à mourir de rire. Même si je n'ai plus sept ans (depuis longtemps^^) j'ai vraiment passé un excellent moment en sa compagnie.

Lorsque j'ai reçu le livre (224 pages) j'ai douté du fait qu'il soit destiné à de si jeunes lecteurs. Mais les illustrations, nombreuses, donnent une vraie valeur ajoutée au texte. Elles allègent la lecture, et lui donnent une vraie dimension ludique. Pleines de détails, elles sont d'une richesse incroyable. L'histoire, quand à elle, est plutôt amusante. Mais c'est surtout le style de l'auteur qui m'a enchantée. Des phrases courtes, un humour tout en finesse... so british!

En résume, voilà un roman que je recommande vivement à vos chères petites têtes blondes!

 

Voir les commentaires

Camille et compagnie - Tome 3 : La guerre des gommes de S. Laroche

Publié le par Malénia

Camille et compagnie - Tome 3 : La guerre des gommes de S. Laroche

Genre Jeunesse

Résumé

Maintenant qu'elle est grande soeur, Camille a décidé d'être une enfant parfaite. A la maison comme à l'école. Elle propose même à Justin, le nouvel élève qui ne connaît personne, de s'asseoir à côté d'elle en classe. Mais pourquoi la critique-t-il sans arrêt ? "Parce qu'il est méchant !" lui répète Raphaële qui l'a surnommé le "général machin". C'est vrai que le nouveau fait régner la terreur dans la cour de récré avec son "club". Mais est-ce une raison pour partir en guerre ?


Mon avis

La guerre des gommes est le troisième tome de la série Camille, que j'ai déjà chroniqué ici et là . Les deux premiers tomes m'avaient vraiment beaucoup plu, et j'ai été ravie de retrouver ce joyeux personnage dans cette nouvelle aventure. 


L'histoire est donc celle de Camille, toujours future écrivaine fan de liste, qui va se trouver confrontée à l'arrivée d'un nouveau dans son école, Justin. celui-ci crée un club dans lequel les filles sont interdites. Toutes les filles, sauf elle. Camille va lors se brouiller avec sa meilleure amie, et être confrontée à la douloureuse épreuve du choix...


Dans cette nouvelle aventure, Camille est toujours aussi pétillante et maline, et une nouvelle fois, les situations s'enchaînent de manière rythmée et drôle, sans que nous n'ayons le temps de nous ennuyer. Sophie Laroche réussit dans ce tome l'exploit de ne pas nous ennuyer avec du "réchauffé". C'est souvent ce que je crains dans les séries : on connaît bien (trop?) les personnages, et les nouveaux tomes manquent de découverte ou de nouveauté. ce n'est pas le cas ici. L'auteure parvient à chaque nouveau tome à traiter de thématiques différentes, sans pour autant perdre "l'âme" de son personnage.

Un pari réussi, donc, pour une petite héroïne attachante qui continue de nous amuser tomes après tomes ;)



 

Voir les commentaires

Jacky Ha-Ha de James Patterson et Chris Grabenstein

Publié le par Malénia

Jacky Ha-Ha de James Patterson et Chris Grabenstein

Genre Jeunesse

Résumé

Du haut de ses 12 ans, dotée d'in irrésistible besoin de raconter des plaisanteries – même quand elle devrait VRAIMENT s'abstenir – Jacky, surnommée Jacky Ha-Ha, sait faire rire les autres. Se créer un personnage, être un petit clown à la maison et un petit cancre à l'école, c'est beaucoup plus amusant que de penser à toutes ces choses qui la rendent triste… Comme sa mère qui travaille à l'armée et a été envoyée loin d'elle dans une guerre dangereuse, ou son père rarement présent à la maison. Jacky a beau être super drôle aux yeux des autres, ses soucis la rattrapent toujours, elle. 

 

Mon avis

L'histoire commence par une Jacky adulte, qui sort d'une limousine aux oscars et raconte à ses filles comment elle en est arrivée là. Elle va alors leur parler de Jacky Ha ha ha, l'adolescente qu'elle était à douze ans.

On apprend alors que le surnom "Jacky Ha ha ha" vient d'un bégaiement qu'elle a du endurer à l'école primaire. Elle l'a alors transformé en surnom drôle. Et c'est le fil conducteur du récit. De ses faiblesses, Jacky va toujours tenter de faire des forces. Au collège, elle devient le petit clown de la classe, celle qui fait rire et est toujours de bonne humeur. Cette jeune fille "populaire" qui tente d'impressionner les autres. Mais cette attitude cache une vraie fêlure : chez elle, elle est livrée à elle-même dans un quotidien chaotique.

Jacky est un personnage très attachant. En plus d'être drôle, elle est surtout incroyablement intelligente et rusée pour son âge. Elle vit dans une grande fratrie avec six soeurs, sa mère est en Irak et son père un peu trop souvent absent. Dans cette cohue, Jacky évolue à sa façon, entre rires et larmes.C'est un livre à la fois drôle et grave, puisque si Jacky et son impertinence nous font beaucoup rire, l'absence de sa mère et le ressenti de cette enfant un peu trop seule est touchant.

Les illustrations qui émaillent le livre ajoutent une touche ludique que les plus jeunes apprécieront sans doute. Pour ma part, je les ai trouvées très redondantes, et il m'a semblé qu'elles n'apportaient rien au texte. J'aurais aimé quelque chose d'un peu plus décalé.

En résumé, il s'agit d'un très bon roman pour ado et pré-ados, qui abordent des thématiques variées avec humour et tendresse.

 

 

Voir les commentaires

Le monde de Norm, tome 1 de Jonathan Meres

Publié le par Malénia

Le monde de Norm, tome 1 de Jonathan Meres

Genre Jeunesse

Résumé

Lorsqu’il se réveille en sursaut et se rend compte qu’il est en train de confondre l’armoire de ses parents avec les WC, Norm se dit que la journée commence vraiment mal. Et c’est comme ça tout le temps depuis que sa famille a décidé de déménager. Pas facile de se sentir à l’aise chez soi dans une maison aussi grande qu’une cage à lapin. Surtout quand, juste à côté, votre père ronfle comme un rhinocéros. Un rhinocéros dans une cage à lapin, remarquez, c’est pas commun ! Pas facile, en fait, d’être ado ! Chaque jour, une nouvelle galère ! Bienvenu dans le monde – très injuste pour lui – de Norm.

Mon avis

Le monde de Norm nous raconte les mésaventures d'un jeune adolescent qui vient de déménager dans un nouveau quartier. Il n'aime pas particulièrement son nouvel environnement, et il s'en plaint beaucoup. Un jour, son meilleur ami va briser un service à thé dans son garage, et de là vont se jouer de nombreux quiproquos dont il aura du mal à sortir gagnant.

La couverture nous promet une histoire amusante. "Attention, ne convient pas aux gens sérieux" cela me laissait penser que j'allais bien m'amuser. Pas vraiment.

Le personnage de Norm est imbuvable. Le monde ne tourne qu'autour de son nombril, et il n'éprouve pas le moindre intérêt pour les gens qui l'entourent. Alors que ses parents ont des problèmes d'argent, il n'éprouve aucune honte à les voler pour s'acheter des gadgets à monter sur son vélo. Il leur reproche également d'avoir déménagé, alors que son père a été licencié. Bref, je l'ai trouvé bébête, méchant, mesquin...la liste est longue.

Je n'ai pas réussi à avoir la moindre affection pour lui, et cela a rendu ma lecture fastidieuse. Je n'ai pas trouvé les situations drôles, ni même intéressantes, bref, je suis désolée de le dire, mais je n'ai pas du tout accroché avec ce livre.

Voir les commentaires

Shadow House, tome 1 : La Rencontre de Dan Poblocki

Publié le par Malénia

Shadow House, tome 1 : La Rencontre de Dan Poblocki

Genre Jeunesse

Résumé

Le manoir Larkspur.
Ils sont tous venus y chercher quelque chose.
Pour Poppy, une famille.
Pour Azuma, un pensionnat.
Pour Marcus, une école de musique.
Pour les jumeaux Dash et Dylan, un plateau de tournage.
Mais rien de tout cela ne les attendait.
Le manoir Larkspur n’est pas la maison de leurs rêves.
C’est la prison où leurs pires cauchemars deviennent réalité.
 

Mon avis

Je ne peux pas commencer ma chronique sans vous parler de l'objet livre. La couverture, pour commencer, est magnifiquement effrayante. Une image en transparence vient se positionner sur le visage de la jeune fille en page 2, et c'est tout aussi terrifiant que sublime. Le reste du livre n'a rien à envier à son aspect extérieur : toutes les pages ont un aspect vieilli, comme un vieux grimoire, et les chapitres sont illustrés de photographies en noir et blanc très réalistes. C'est un très bel objet.

L'histoire est celle de cinq protagonistes qui se préparent à intégrer le manoir Larkspur. La maison et son propriétaire les ont tous sollicités, mais de façon différente et pour des projets aussi divers et variés qu'un pensionnat, une école musique, un tournage de film, ou encore la vieille tante souhaitant accueillir une orpheline! Au fil des pages, on va découvrir que chaque adolescent a un secret particulier, un lien ténu avec le passé et le monde des morts, que la maison va exploiter contre eux.

C'est un roman d'horreur jeunesse très réussi, qui rappelle la fameuse collection des Chair des poule, dont j'étais friande dans mon jeune âge. Les actions s'enchaînent sans longueurs, et le suspens monte lentement avec le déroulement de l'intrigue. Le manoir est angoissant, et les situations dans lesquelles sont plongés les adolescents le sont encore plus. On frissonne à chaque page, et on a hâte, à chaque nouveau chapitre, d'en savoir plus, grâce à une tension constante, presque palpable. Quand à la chute, que je n'avais absolument pas vu venir, elle m'a laissée sans voix!

La seule chose qui m'a perturbée, c'est de ne pas éprouver la moindre empathie pour les personnages. L'auteur les décrit, les entraîne de rebondissements en rebondissements, mais il ne trouve pas le temps de nous les rendre attachants, et j'ai trouvé cela un peu dommage.

Ce livre n'en reste pas moins un excellent roman jeunesse, effrayant à souhait, et je le recommande vivement!


 

 

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 > >>