Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #thriller tag

The november Criminals de Sam mumson

Publié le par Malénia

The november Criminals de Sam mumson

Genre YA

Résumé

Addison Snatch est fan de latin, un peu amoureux de sa meilleure amie, pas franchement populaire, et... dealer officiel de son lycée. Quand un de ses camarades de classe se fait tuer, Addison décide de mener l'enquête.

Mon avis

L'histoire est celle d'Addison, qui est le dealer de son lycée. Pas très populaire, il vit avec un père dépressif et lâche. Un jour, un élève de son lycée se fait tuer, et même s'il le connaissait à peine, Addison va faire une fixation sur ce crime, jusqu'à mener une sorte d'enquête parallèle, pas très organisée.


Mon avis sur ce livre est très mitigé. J'ai aimé le personnage d'Addison, adolescent insupportable que l'on a tour à tour envie de plaindre et de baffer. Il deale de l'herbe, il méprise ses clients, et est aussi intelligent qu'immature. J'ai également aimé la relation ambigüe qu'il entretient avec sa meilleure amie.Et surtout j'ai accroché à l'écriture "brute" de l'auteur, violente, sans filtre.

Mais... car il y a un mais.... L'histoire (ou plutôt ce qui tient lieu de) ne tient pas debout une seconde. Vous imaginez quelqu'un qui appelle un potentiel criminel pour l'insulter en oubliant l'affichage du numéro? Beaucoup de choses, comme celle-ci, ne sont pas crédibles du tout. Et surtout, il n'y a pas d'intrigue. On ne comprend pas ce que cherche Addison, ni où l'auteur veut en venir. En tant que lecteur, on attend que quelque chose arrive, on se sait pas quoi ni pourquoi... Et le livre se termine. Mais la sensation de vide reste.

En conclusion, c'était à la fois une agréable lecture, et une lecture sans intérêt.

Un avis mitigé, donc :)

 

Voir les commentaires

La princesse des glaces de Camilla Läckberg

Publié le par Malénia

La princesse des glaces de Camilla Läckberg

Genre Thriller

Résumé

Erica Falck, trente-cinq ans, auteur de biographies installée dans une petite ville paisible de la côte ouest suédoise, découvre le cadavre aux poignets tailladés d'une amie d'enfance, Alexandra Wijkner, nue dans une baignoire d'eau gelée. Impliquée malgré elle dans l'enquête (à moins qu'une certaine tendance naturelle à fouiller la vie des autres ne soit ici à l'œuvre), Erica se convainc très vite qu'il ne s'agit pas d'un suicide. Sur ce point - et sur beaucoup d'autres -, l'inspecteur Patrik Hedström, amoureux transi, la rejoint. 
A la conquête de la vérité, stimulée par un amour naissant, Erica, enquêtrice au foyer façon Desperate Housewives, plonge clans les strates d'une petite société provinciale qu'elle croyait bien connaître et découvre ses secrets, d'autant plus sombres que sera bientôt trouvé le corps d'un peintre clochard - autre mise en scène de suicide. 
 

Mon avis

Je n'avais jamais lu de titres de  Camilla Läckberg, et je me méfiais un peu de la grande popularité qui entourait son auteur. J'ai souvent été déçue par des livres aussi parfait sur le plan du marketing que creux sur celui de la littérature. Aussi, je me suis lancé dans cette lecture avec, je l'avoue, quelques a priori négatifs.

L'histoire est celle d'Erica, qui va découvrir le cadavre de son ancienne amie d'enfance dans sa baignoire. De là va se jouer une chasse à l'assassin, puis à la vérité. 


J'ai tout simplement adoré ce livre. C'est un joli pavé de 500 pages que j'ai terminé en quelques jours à peine (au prix de quelques heures de sommeil, évidemment, mais quand on aime...) L'intrigue est terriblement crédible, et chacun des personnages, principaux comme secondaires, est attachant. L'auteure nous les décrit avec brio, et elle parvient à les rendre, chacun à leur façon, terriblement sympathiques. 

Mais ce qui m'a définitivement conquise, c'est la maîtrise du suspens. Tout au long de notre lecture, on n'a de cesse de réfléchir au dénouement de l'histoire, sans jamais parvenir à mettre le doigt dessus, c'est terriblement addictif.

Une superbe découverte donc, pour une auteure, qui, semble-t-il, n'a pas volé sa popularité!

Voir les commentaires

Ne pleure pas de Mary Kubica

Publié le par Malénia

Ne pleure pas de Mary Kubica

Genre Thriller

Résumé

Chicago, en ville. Esther Vaughan disparaît du jour au lendemain. Inquiète, Quinn, sa colocataire, prend conscience qu'elle ne sait rien d'Esther : celle-ci a toujours refusé de parler de sa famille, et laisse derrière elle un fouillis qui ne lui ressemble pas - en particulier une lettre qui instille le doute dans l'esprit de Quinn "sainte Esther", comme elle la surnomme, n'est peut-être pas la personne qu'elle croit...

Ailleurs, dans un petit port sur la rive du lac Michigan. Alex Gallo voit entrer une inconnue dans le café tranquille où il travaille. Le genre de jeune femme dont la beauté et le charme font qu'elle ne passe pas inaperçue et ne laisse pas indifférent. Alex a dix-huit ans ; il se laisse envoûter en toute innocence...

Mon avis

J'ai reçu ce livre grâce à une opération "Masse Critique" de Babelio, et je les en remercie vivement, car j'ai passé un très bon moment avec cette auteure qui m'était jusqu'alors inconnue.


L'histoire, ou plutôt les histoires, sont celles d'Alex, un jeune homme à la vie difficile (abandonné par sa mère, père alcoolique) qui rencontre Pearl, une jeune fille dont il tombe immédiatement amoureux, puis celle de Quinn, jeune fille de Chicago qui vient de se retrouver abandonnée, sans raison, par sa colocataire qui semble s'être littéralement volatilisée.

Le livre est bâti sur une alternance entre le point de vue de ces deux personnages, et j'ai trouvé cela très agréable à lire. On saute d'une ambiance à l'autre, ce n'est pas lassant, et cela reste pourtant très clair au niveau de l'histoire, c'est une narration que j'apprécie beaucoup. Même si l'intrigue est longue a démarrer, la description de ces deux personnages est divertissante, et j'ai particulièrement apprécié le style très imagé et descriptif de Mary Kubica.
Cependant, je dois avouer que le terme de "thriller" est sans doute un peu exagéré concernant cette lecture. Il n'y a de suspens à proprement parler que dans les toutes dernières pages, et on devine assez rapidement qui est qui. Enfin, la fin est vraiment décevante. Même si je ne peux pas vous la dévoiler ici, c'est un rouage on ne peut plus classique et éculé... vraiment très gros!

Mais, mais, mais (mais! ^^) j'ai aimé cette lecture. Sans être haletante ou extraordinaire, on pense un bon moment avec ces deux personnages très attachants,  et j'ai été ravie de lire cette auteure dont j'ai vraiment apprécié la plume. Mais si vous voulez vous faire peur, non, ce livre n'est pas pour vous!

 

Voir les commentaires

Bleu blanc sang de Bertrand Puard

Publié le par Malénia

Genre Thriller

Résumé

5 juin 2018. Tandis que l’on célèbre à Notre-Dame l’enterrement du Président de la République mort tragiquement quelques jours auparavant, un convoi transportant une toile d’une artiste du xviiie siècle inconnue, Justine Latour-Maupaz, est pulvérisé au lance-roquette sur une autoroute du centre de la France. Au même instant, à New York, une œuvre de la même artiste est adjugée pour la somme inouïe de 53 millions de dollars. Pour quelles raisons des forces obscures cherchent-elles à détruire précipitamment, ou à s’approprier soudainement, les travaux de cette peintre ignorée ? À qui profite ce regain d’intérêt ? Eva Brunante, dont le père, seul exégète de la peintre, a disparu, va se lancer dans une enquête aux ramifications politico-financières vertigineuses. Bienvenue dans la république Bleu Blanc Sang !

Mon avis

L'histoire, ou plutôt les histoires, sont celles de deux frères présidents chacun leur tour, de leur père, homme d'affaires trouble, de Justine Latour-Maupaz une peintre oubliée dont la côte va subitement monter de façon artificielle, d'Eva, fille du seul spécialiste français de la peintre, et d'Hugo, membre d'un groupuscule qui s'oppose au pouvoir en place et va aider Eva à retrouver son père enlevé par des inconnus.Vous l'aurez compris, c'est assez complexe.

Je dois avouer que dans ce premier tome l'énumération de ces nombreux personnages, ainsi que la juxtaposition des intrigues ont quelque peu perturbé  ma lecture. D'autant que s'ils nous sont tous présentés de façon succinte, leur psychologie est à peine effleurée, et on peine à deviner leurs intentions et leurs alliances. 
Cela rend le début du livre assez lent et répétitif. On suit les pérégrinations de tous ces acteurs sans parvenir à s'attacher à eux, et surtout sans comprendre où l'auteur veut nous emmener. J'ai trouvé cela lassant, et j'ai vraiment du me forcer à continuer ma lecture, ce que je n'ai pas regretté par la suite.

Lorsque les événements finissent pas s'enchaîner (un peu tard à mon goût...) le thriller commence enfin, et on se laisse prendre par l'histoire et les scènes d'action. Mais là encore, la pâleur des personnages m'a gênée : hormis Eva Brunante, qui présente quelques traits de caractère précis, ceux qui l'entourent nous restent étrangers, et on ne parvient pas à s'identifier ou à éprouver de l'empathie envers eux.

En conclusion, c'est un avis mitigé que je délivrerai sur ce premier tome, que j'ai trouvé un peu "plat", et avec beaucoup de longueurs. Mais il nous rete deux autres tomes à découvrir : peut-être le meilleur reste-t-il à venir?
 

 

Voir les commentaires

Le serment du passeur - Frédéric Clémentz

Publié le par Malénia

Le serment du passeur - Frédéric Clémentz

Genre Thriller

Résumé

Antoine Drévaille n'oubliera jamais. Dévasté à quinze ans par une agression d'une violence inouïe, il décide, 19 ans plus tard, d'adresser une longue lettre à son tortionnaire. Une confession hallucinante pour se désencombrer enfin de cette humiliation qui a souillé sa vie. Mais le passé ne rend pas les armes aussi facilement. Un lourd secret révélé un matin d'hiver dans les somptueuses calanques de Cassis va de nouveau bouleverser la vie d'Antoine. À partir de cette seconde vertigineuse face aux vagues hurlantes, cet homme marqué au fer rouge et soudain « ébloui de l'intérieur » va faire de sa nouvelle vie un combat sidérant contre les coups de poignard du destin : le sien et celui de ceux qu'il aime, qui sont à genoux et n'ont plus la force de se battre. Mais n'y a-t-il pas derrière le secret dévoilé dans les calanques un piège abyssal, une illusion et le début d'un nouvel enfer ? Peut-être. Ou peut-être pas. Ce qui est sûr, c'est que l'histoire d'Antoine Drévaille va loin. Très loin. Jusqu'à l'impensable. La voici.

Mon avis

C'est d'abord la couverture, intrigante, de ce livre qui m'a donné envie de découvrir cet auteur inconnu au bataillon. L'histoire est celle d'Antoine, qui nous raconte les vingt dernières années de sa vie, et plus encore.

Le livre commence avec violence. On est plongé dans une scène déroutante, qui nous tient en haleine. On apprend à connaître le personnage principal, son passé, et on entrevoit même son avenir. L'écriture est rapide, rythmée dynamique. On a hâte d'en savoir plus. Mais tout à coup l'auteur digresse. Il nous emmène dans un autre lieu, d'autres personnages, d'autres histoires. Sans lien visible, sans explication.

Je dois avouer qu'en tant que lectrice, j'ai été totalement déroutée. J'attendais la suite, mais elle ne venait pas. On passait à autre chose. C'est là que mon attention a diminué.... et j'ai commencé à lâcher vers le milieu de l'histoire, pour finalement me perdre complètement.

Je n'ai pas du tout été convaincu par ce livre, je l'ai trouvé brouillon, décousu, sans véritable trame. C'est dommage, car, par ailleurs la plume de l'auteur est très agréable à lire.

Mais plus que tout j'ai surtout été très déçue par la fin, enfin les fins, que je ne suis d'ailleurs pas véritablement certaine d'avoir comprises.

Grosse déception, donc.

Voir les commentaires

Tengu de Graham Masterton

Publié le par Malénia

Tengu de Graham Masterton

Genre Horreur

Résumé

C’est le plus redoutable des démons de la mythologie japonaise. Le pouvoir maléfique du Tengu ne connaît pas de limites. Ceux qu’il possède se transforment en de véritables machines à tuer, dotées dune force surhumaine, insensibles à la douleur, invincibles au combat.
Les guerriers masqués du Tengu se sont infiltrés à Los Angeles. A eux seuls ils pourraient plonger la ville dans un bain de sang, mais ils ne sont que l’un des éléments d’un plan diabolique qui vise à rayer les Etats-Unis de la carte, une bonne fois pour toutes.

Mon avis

J'aime beaucoup Graham Masterton et j'ai lu, dans ma jeunesse, une grande partie de sa bibliographie. Sa façon de lier le suspens à l'horreur, ses descriptions macabres et sanguinolentes, sa façon de distiller la peur... Pour moi c'est un maître du genre, au même titre que Stephen King. Aussi quand j'ai eu ce livre entre les mains, j'ai été pressée de le dévorer.

L'histoire est celle d'un groupe d'homme désireux de créer des Tengus ( démons de la mythologie japonaise) dans le but d'assouvir une vengeance qui couve depuis des dizaines d'années.

Les personnages sont nombreux, et un peu stéréotypés à mon goût. Ce livre a été écrit en 1983, et il a plutôt mal vieilli de ce côté là, il faut bien l'avouer. Cependant, il y a beaucoup d'action, et le suspens monte peu à peu, habilement, émaillé de quelques scènes de sexe assez sulfureuses. Mais ce qui retiendra surtout mon attention ce sont les passages purement sanglants. Masterton reste un des meilleur dans le genre gore, il n'y a rien à redire. Ses descriptions vont loin, bien plus loin que ce que l'on peut lire ailleurs, et on ressort souvent de sa lecture choqué et légèrement nauséeux... Malheureusement, la fin m'a terriblement déçue, je l'ai trouvé expéditive et sans grande imagination.

Je le conseille néanmoins aux amateurs car du Masterton, même un peu moins bon, ça reste toujours excellent!

Voir les commentaires

Orages de Estelle Tharreau

Publié le par Malénia

Orages de Estelle Tharreau

Genre Thriller

Résumé

Si vous éleviez seule une fille de seize ans et que votre petit ami devenait trop encombrant, refuseriez-vous un travail et une belle maison dans un village de carte postale où tout le monde semble prêt à vous aider ? Il est probable que non. Pourtant, vous auriez tort !
Les nuits d'orage peuvent s'avérer mortelles pour qui ne sait pas lire entre les lignes du présent et celles d'un passé enfoui depuis plus d'un siècle dans un cahier d'écolier jauni et écorné.

Mon avis

Même si la couverture laisse à désirer, le résumé, attrayant, m'a donné envie de découvrir le premier roman de cette auteure dont je n'avais jamais entendu parler. L'histoire est celle de Béatrice, une mère célibataire, et de sa fille Célia, jeune adolescente. Elles viennet de se parachuter, seules, dans un village isolé où des choses étranges vont peu à peu se produire autour d'elles. Tandis que la mère découvrira de mystérieux comptes bancaires, la fille va remonter le temps en lisant un journal vieux de presque cent ans.

Au début de ma lecture, je n'étais pas emballée. La plume d'Estelle Tharreau est un peu ampoulée, et manque parfois de fluidité. Pourtant, l'intrigue qu'elle a imaginé autour de ses personnages a réussi, en peu de pages, à me happer totalement. La façon dont elle l'a traité, d'une part en faisant directement raconter Béatrice, et d'autre part en la faisant évoluer à la fois dans le présent et le passé, était un pari risqué, et pourtant réussi haut la main.

On se prend très rapidement d'affection pour les personnages, et on n'a aucun mal à imaginer les situations décrites. Les plongées dans la vie paysanne au début de siècle m'ont particulièrement plues.

Même si on ne peut pas parler de thriller à proprement dit, j'ai trouvé ce roman rythmé et haletant, et la fin, même si on la devine asse aisément, est bien amenée.

En résumé, une auteure à l'imagination débordante dont j'ai hâte de voir la progression!

Voir les commentaires

Le visage de satan de Florent Marotta

Publié le par Malénia

Le visage de satan de Florent Marotta

Genre Thriller

Résumé

Un hurlement. Là, quelque part, qui se répercutait sur les murs poisseux et humides de la pièce. L'endroit ressemblait davantage à une cave avec ses murs bruts et ses parois voûtées. Puis un râle d'agonie s'étouffa, comme si même la mort prenait plaisir à attendre. L'homme pendait comme une vulgaire carcasse de viande accrochée à une esse de boucher. Son visage n'était que souffrance, rictus d'agonie et d'abomination. « Faites que je meure », implora-t-il en silence.

Mon avis

Le résumé, intriguant, la couverture, ésotérique, et le titre inquiétant de ce roman m'ont tout naturellement portée vers lui, et c'est avec beaucoup d'attente que j'en ai lu les premiers pages. La scène d'introduction est violente, et même, disons le, franchement gore. On s'attend à de l'horreur, du crime, du sang... et on découvre Gino.
Gino est le personnage principal. C'est un ancien policier aux origines italiennes, devenu détective (original...) et c'est aussi un ancien alcoolique (ben tiens) au passé trouble semé de morts diverses (ses parents, sa sœur...). Là, déjà, vous l'aurez compris, on frise la caricature. C'est alors que l'on découvre la deuxième protagoniste de l'histoire, Sybille, la veuve noire, engoncée dans des robes moulantes, provocante et peu avare de sa personne. Ha, et elle est sataniste. Puis il y a Morgane, jeune femme rousse (!) aux yeux vairons (!) propriétaire d'une librairie ésotérique (re-!)
Bon, vous l'aurez compris, j'ai eu du mal avec ces poncifs. On dirait que l'auteur a voulu calquer ses personnages sur ceux des romans noir des années cinquante, tout en situant son intrigue dans les années 2000. C'était un copié-collé raté, à mon sens. Je n'ai pas réussi à rentrer dans ce livre. J'ai trouvé les descriptions très longues et les situations trop "amenées". Le style de l'auteur n'est pas désagréable, mais l'écriture est un peu désuète, et parfois même franchement ampoulée. Cela manque de naturel.
Cependant, je reconnais à Florent Marotta un vrai talent pour les descriptions de scènes d'épouvante, dont certaines m'ont presque soulevée le cœur...
Mais honnêtement, je n'ai pas été séduite et j'ai eu du mal à terminer ce roman pour pouvoir vous livrer cette chronique.

#12mois12livres1pomme

Le visage de satan de Florent Marotta

Voir les commentaires

Le faiseur d'anges de Laure Roger-Rétif

Publié le par Malénia

Le faiseur d'anges de Laure Roger-Rétif

Genre Thriller

Résumé

Lorsqu'un postier en tournée dans le bayou trouve le corps de Lynn Hunley, la ville de la Nouvelle-Orléans découvre avec horreur l'existence du faiseur d'anges. Le faiseur d'anges... un criminel qui s'acharne sur les femmes enceintes... Don Pratt, agent du FBI, est chargé de l'enquête et il comprend très vite que le tueur a déjà choisi sa prochaine victime. Mais comment éviter qu'elle aussi ne succombe dans d'atroces souffrances? Le temps est compté et l'enquête piétine. Nommée récemment à la tête du service de psychologie de l'hôpital, Alyssa Parker, élevée par un père rigide, directeur de pénitencier, connaît l'une des victimes. Elle se retrouve contre son gré mêlée à cette enquête, effrayée de devoir à nouveau affronter ses pires démons... Dans l’univers moite et oppressant des marécages, une porte sur l'Enfer s'ouvre...

Mon avis

Lorsque j'ai reçu ce service de presse de Laure Roger-Rétif (que je remercie vivement) j'ai été surprise par sa couverture. Un bébé, enfin, plutôt un fœtus, avec pour titre "La faiseur d'anges", voilà qui annonçait la couleur : sombre.
L'histoire est celle d'un agent du FBI à la recherche d'un mystérieux tueur de bébés. Oui, mais de bébés pas encore nés, c'est ça qui rend la chose intéressante. En parallèle il y a Alyssa, une femme au passé trouble, qui va elle aussi se mêler à l'équipe de profilage pour débusquer le tueur.

Dès les premières pages, on pense à la série télévisée Esprits Criminels. On retrouve la même ambiance et le même type de profils. Un peu trop à mon goût peut-être, cela manque d'originalité et on craint, dans ces premières pages, le fan art, pâle reflet de scénario télévisé. De plus, vous savez à quel point j’exècre les prénoms américains et les enquêtes US alors qu'elles sont écrites par des français. Mais Laure Roger Rétif a eu la chance d'évoquer le bayou et la Nouvelle-Orléans, qui est une ville qui me tient à cœur. Et rien que pour ça, je lui pardonne.

Je lui pardonne aussi (surtout) parce qu'elle écrit très bien. Elle fait monter le suspens avec brio, et on se laisse rapidement prendre par cette histoire rythmée et addictive. Malgré quelques fautes d'orthographe qui piquent un peu les yeux, je dois dire que c'est un excellent roman que j'ai eu entre les mains, une de ceux où l'action et la tension sont omniprésentes, et où on ne s'ennuie jamais.

Quant à la fin, surprenante comme je les aime, elle pourrait bien ouvrir une une porte à d'autres tomes... à suivre...

Livre lu dans le cadre du challenge #12MOIS12LIVRES1POMME

Le faiseur d'anges de Laure Roger-Rétif

Voir les commentaires

La mort en tête - Sire Cédric

Publié le par Malénia

 La mort en tête - Sire Cédric

Genre Thriller

Résumé

Flic, fille d’un serial-killer, asociale, albinos :
Vous allez adorer Eva.

Le duo d’enquêteurs Eva Svärta / Alexandre Vauvert est en bien mauvaise posture…

Ils traquent sans relâche les tueurs psychopathes, mais cette fois ce sont eux les proies d’un criminel sadique. Le suspense est à couper le souffle, le lecteur n’aura pas une seconde de répit.

Tout commence en banlieue parisienne, la séance d’exorcisme d’un enfant de huit ans a tourné au drame. Eva Svärta, policière à la Brigade criminelle, enceinte de quatre mois, se rend sur les lieux. Est-ce un accident ? Comment est vraiment mort cet enfant ?
Sur place, la policière rencontre Dorian Barbarossa. Un journaliste à sensation qui vit depuis des années avec une balle de calibre 22 dans le crâne.

Eva Svärta ne se doute pas encore de la descente aux enfers qui l’attend…

Mon avis

J' avais beaucoup entendu parler de cet auteur. Je voyais régulièrement son visage sur les réseaux sociaux, et je savais que beaucoup de lectrices se pâmaient littéralement à sa vue. Je n'avais jamais lu un seul de ses livres, mais son univers m'attirait. C'est pourquoi quand le dernier choix du défi "Un an, un challenge et des livres" s'est porté sur "Le livre que tout le monde a déjà lu ... sauf vous "J'ai trouvé l'occasion trop belle pour y résister!

La mort en tête est le troisième volet des aventures de Vauvert et Svärta, mais il peut se lire indépendamment des autres sans problème. Il s'agit d'un thriller fantastique, conduit par deux "super-héros" traqués par un psychopathe.

J'ai tout de suite accroché : le rythme est soutenu, l'action est omniprésente, et on ne s'ennuie pas une seconde en compagnie de ce couple de policiers. La plume de Sire Cédric est fluide et agréable, on se laisse volontiers emmener par ses descriptions, que ce soit dans les vignes du minervois ou sur le pavé toulousain. Et pour ceux qui aiment le gore, il y a, là encore, de quoi faire : de la chair brûlée, du sang séché, de l'exorcisme glauque... Chaque chapitre est très (trop?) violent et laisse derrière lui son lot de cadavres sanguinolents.

J'ai trouvé ce livre passionnant, et j'ai dévoré ses 500 pages en quelques jours à peine. Un suspens haletant nous pousse à vouloir en savoir toujours plus, et la façon dont l'auteur fait rebondir les situations est très intéressante. Ses personnages sont attachants et mystérieux, l'intrigue est fascinante, bref une très belle réussite!

J'ai cependant deux petites critiques, qui vont m'empêcher de classer cet opus dans la catégorie "coup de cœur".

La première ira à la part de surnaturel dans l'histoire, qui m'a un peu "volée" la fin de l'aventure (impossible de vous expliquer sans spoiler). J'ai de toute façon préféré le côté thriller au côté fantastique, mais c'est un avis personnel.

La seconde ira au côté "superproduction américaine" de l'histoire, rendant certaines scènes quelque peu invraisemblables. Les héros ne meurent jamais, mais même au cinéma, ils sont quand même un peu amochés de temps en temps!

Au delà de ces légers bémols, c'est une très belle découverte que j'ai faite avec auteur, et j'ai vraiment envie de retrouver ces deux super-flics dans leurs autres aventures!

Voir les commentaires

1 2 > >>